Doliprane

Publicité

Opalia Pharma Recordati Group : Faire plus, faire mieux

Les 3 M Médicaments

C’est elle, la première femme tunisienne qui s’est hasardée, à cette époque, sur un terrain dangereux et strictement réservé à la gente masculine, c’est elle qui était tout de même déterminée à réaliser ses objectifs et à accomplir ses ambitions dans un domaine sans compassion, c’est Dr Alya El Hedda, pharmacienne, fondatrice d’Opalia Pharma et actuel general manager d’Opalia Pharma Recordati Group.

« Quand elle a été lancée en janvier 1988, période à laquelle aucune entreprise de génériques n’existait encore, Opalia Pharma s’est fixée comme mission principale de fournir le marché tunisien en médicaments de haute qualité et à des prix accessibles. Au tout début et étant encore une petite société avec un tout petit capital,  nous avons opté pour travailler sur l’hygiène hospitalière, la prévention des infections et les désinfectants. Ce choix délibéré nous avait permis de répondre aux appels d’offre hospitaliers et, par conséquent, de garantir un turn over continu, ce qui était considérable pour une entreprise encore jeune.

Par la suite, on est passé à une vitesse supérieure en créant un laboratoire de recherche et de développement pour la fabrication de nos propres génériques, bien que trente ans auparavant, ces médicaments n’étaient pas les bienvenus dans le cercle des prescripteurs. Mais les gens nécessiteux avaient aussi le droit de se soigner et d’accéder à des médicaments de grande qualité à des prix abordables, tels étaient, sont et seront notre philosophie et notre challenge. Sept ans après sa mise en place, l’offre de médicaments d’Opalia Pharma s’est enrichie de 35 AMM et ce n’était que le début ».

Le tournant

« Deux moments historiques avaient marqué l’histoire de notre entreprise. Le premier épisode, qui me tient particulièrement à cœur, c’est l’accès au marché irakien à travers un bon nombre d’appels d’offres et via le célèbre programme « Pétrole contre nourriture » en 1995. A cette époque également, nous étions les premiers à tenter de découvrir le marché de l’Afrique francophone et depuis 1996, on a commencé à exporter vers la Côte d’ivoire et le Sénégal, ce qui fait de nous le 1er exportateur historique tunisien dans son secteur. Ces choix étaient considérés comme un risque mais qui ont basculé en un exploit pour finir en réussite.

Certes, nous avons eu des moments difficiles, des moments de doute et d’inquiétude, ça ne nous a pourtant pas empêchés de rebondir et de se reconstruire progressivement guidés uniquement par la force, la passion du travail et la culture de l’excellence ».

Nouveau départ ou renaissance ?

« En 2007, notre superbe site de Kalaat El Andalous est entré en production. Un site de 20.000 m2, up to date, selon les normes internationales GMP (Good Manufacturing Practice), certifié ISO 9001, ISO 14001 et OHSAS 18001 pour la santé, la sécurité au travail et l’environnement, agrée GCC-DR GMP (Golf Country Council) et pour lequel on est en train de préparer actuellement le marquage CE (Medical Device).

En juillet 2013, Recordati Group fait son entrée par l’acquisition de 90% du capital d’Opalia Pharma dont elle devient désormais une filiale. Recordati est un groupe pharmaceutique international fondé en 1926, coté dans ‘The Italian Stock Exchange’ depuis 1984, présent dans près de 70 pays avec un effectif total avoisinant les 4000 personnes dans le monde et qui favorise une large gamme de produits pharmaceutiques innovants en particulier pour la cardiologie, l’urologie et les maladies orphelines.

Pour Opalia Pharma, Recordati Group est un partenaire de choix qui partage sa vision de l’engagement pour la santé, la recherche et le développement. Pour Recordati, l’intégration d’Opalia Pharma vise à accroître ses activités dans les marchés émergents et à créer un pôle de compétitivité et un rayonnement dans la région Afrique-MENA.

En 2015, Opalia Recordati investit 7 millions de dinars tunisiens et inaugure le bloc de production des formes sèches (poudres, comprimés, effervescents, comprimés dragéifiés et gélules). Ce nouveau département répond aux normes les plus strictes des exigences pharmaceutiques internationales et sa capacité de production est estimée à 30 millions d’unités par an ».

En chiffres

« Avec 25 personnes au début et après 27 ans d’existence, Opalia Recordati compte actuellement 360 employés dont une importante équipe multidisciplinaire de médecins, pharmaciens et ingénieurs. Sur le terrain, nous avons plus de 100 représentants médicaux et pharmaceutiques. Notre capital humain est hautement qualifié et bénéficie d’une formation continue selon les normes nationales et internationales.

Chaque année, 5% du chiffre d’affaires d’Opalia Recordati est réinvesti dans la recherche et le développement pour maintenir l’excellence et la haute qualité de ses produits.

Notre industrie est dotée de laboratoires galénique et analytique à la pointe de la technologie et unique en Tunisie, grâce à ces équipements mais aussi à ces compétences purement tunisiennes.

Notre portefeuille est très large avec 171 AMM et une couverture de la majorité des spécialités médicales (dermatologie, gynécologie-obstétrique, cardiologie, gastro-entérologie, pneumologie, médecine générale, pédiatrie), en plus des produits importés grâce au portefeuille Recordati Group. Ce qui nous permet de se placer en 8ème position sur le marché pharmaceutique tunisien et 3ème plus grande entreprise pharmaceutique locale.

Pour la fabrication de nos médicaments, nous nous basons sur des référentiels qualité de très haut niveau. Notre matière première est certifiée CEP (certificat de conformité à la pharmacopée européenne) et répond également aux normes de la pharmacopée britannique et américaine.

La pharmacovigilance c’est aussi notre point fort avec des pharmaciens responsables aussi bien pour Opalia Recordati que pour Opalia Pharma. Et parce que les réclamations et les avis des patients nous importent, nous sommes en train de mettre en place du digital marketing pour le suivi et l’écoute des patients.

Cette digitalisation entre dans le cadre des efforts fournis par Opalia Recordati pour la promotion de la créativité, de l’innovation et de la recherche en s’appuyant sur des technologies de pointe dans le secteur de la santé en Tunisie ».

Avec ces ambitions, est ce que l’Etat suit ?

« Pendant longtemps, les lois relatives à l’industrie pharmaceutique étaient figées et sclérosées ce qui a énormément nui à notre domaine. Depuis la mise en place de la feuille de route du partenariat public privé, deux ans auparavant, notre Ministère de la Santé Publique essaie de faire de son mieux pour remettre de l’ordre dans ce secteur considéré comme l’un des rares créneaux qui tient encore en place dans le pays, dans un contexte post-révolutionnaire marqué par une transformation politique, sociale et économique profonde.

Mais malgré ces efforts, nous souffrons encore de la lenteur de ces changements et ceci est particulièrement manifeste pour le phénomène de la compensation. Ainsi, avec un prix fixe pour les médicaments et une absence de révision en cas de besoin et dieu sait que le besoin est on ne peut plus pressant avec la dévaluation continue du dinar tunisien, l’état Tunisien compense pour près de 80 millions de dinars de médicaments importés. N’étant pas concernées par la compensation, les industries pharmaceutiques locales subissent donc une concurrence déloyale de plein fouet et se trouvent livrées à leur propre sort pour gérer leur déficit.

Nous aspirons à basculer sur un système de fixation et de révision des prix clair et transparent, à libérer les médicaments conseil et à ce que l’Etat mette en place une stratégie visionnaire et avant-gardiste pour l’industrie pharmaceutique locale. Mais malheureusement, en l’absence d’une volonté politique et d’une réelle prise de conscience des leaders au pouvoir, la situation actuelle risque de s’aggraver. Car ça ne concerne pas seulement la politique des prix, c’est aussi le manque d’encouragement et de motivation des investisseurs étrangers qui, en dépit de leurs attitudes très engagées, les avantages qui leur sont octroyés restent infimes et dérisoires. Et c’est également une politique d’export à revoir car plus nous prenons du retard pour la délivrance de nos AMMs, plus tardive sera notre présence sur les marchés étrangers et moins importante sera notre compétitivité.

De son côté, l’Etat a des engagements à honorer et de notre côté, nous sommes dans l’obligation de hisser le niveau de la technologie et de la recherche pharmaceutique pour pouvoir rayonner en Tunisie et à l’international avec des produits de grande qualité et accessibles au plus grand nombre pour leur rendre la santé et la vie meilleures. C’est notre philosophie, c’est notre devise ».

 

Nos médicaments conseil

  • IALUGYN : ovule gynécologique à base d’acide hyaluronique  pour le traitement des lésions vulvo-vaginales due à des  mycoses vaginales et /ou la sécheresse vaginale et / ou irritation.
  • Asterane : solution hygiène intime à base de Fleur de Badiane.
  • IALYFRESH Gel et Spray : solution à base d’Acide hyaluronique pour les aphtes, gingivites et poussées dentaires
  • IALUSKIN : crème à base d’acide hyaluronique à haut pouvoir cicatrisant, réparateur et hydratant
  • IALULENS : solution pour conservation et entretien des lentilles de contact à base d’acide hyaluronique

 

Les produits emblématiques Opalia Recordati 

  • Amuchina (1992) : antiseptique
  • Dermosone (1993) : corticoïde locale
  • Ecorex (1994) : antimycosique
  • Tussipax (1998) : anti-tussif
  • Prilia (2010) : anesthésique local
  • Ippsium (2010) : inhibiteur de la pompe à protons
  • Psoriasone (2016) : anti psoriasique
  • Goldix (2016) : rhume et grippe

 

 

 

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée.Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*

Lost Password