Un vaccin contre le paludisme : il s’agit de trouver le bon cocktail !

recherches-sur-le-paludismeUn vaccin antipaludéen sûr et efficace est sur la liste des souhaits de plusieurs acteurs impliqués dans le domaine de la santé publique et dans ce que les anglo-saxons appellent ‘’global health’’.

Une étude récemment publiée au journal PlOS Pathogens suggère que des améliorations considérables peuvent être apportées.

L’étude dirigée par Pr. Sheetij Dutta de l’institut américain Walter Reed, s’est focalisée sur une protéine qui s’appelle AMA1 nécessaire pour l’invasion des globules rouges par le parasite plasmodium falciparum. Les chercheurs suggèrent que l’usage de plusieurs versions d’AMA1 extraites de plusieurs souches permettra de vaincre plusieurs limitations de la version en cours d’essai du vaccin.

 

Le défi avec le parasite malaria et sa protéine AMA1 est la différence de la structure entre les souches. L’usage d’une AMA1 dans la fabrication d’un vaccin ne permet de protéger que contre une seule souche.

Le nouveau vaccin a été fabriqué à partir de plusieurs souches (minimum de trois) s’est montré plus efficace que celui élaboré avec une seule AMA1. Il a permis d’inhiber le développement de 26 souches du parasite sur des modèles animaux.

La prochaine étape pour l’équipe de chercheurs est de passer aux essais cliniques et tester le vaccin sur les humains.

A.K