Un traitement topique contre la leishmaniose cutanée validé en Tunisie

leishmaniose-vecteur-sante-tunisieLa leishmaniose cutanée, un des sous-types de la leishmaniose au coté de la cutanéo-muqueuse et de la viscérale, est une maladie parasitaire en général zoonotique (transmise par les animaux) causée par des protozoaires flagellés du genre leishmania et transmises par la piqûre de certaines espèces de phlébotomes infectés. En Tunisie, comme dans 97 autres pays, la leishmania est endémique. La leishmaniose cutanée est la forme la plus fréquente avec une incidence de 1,3 millions par an. Elle est caractérisée  par des papules au niveau des parties exposées de la peau, correspondant au parasitisme des macrophages, créant ainsi des ulcères cutanés à l’origine de cicatrices définitives et d’handicaps sévères.

Une étude clinique randomisée contrôlée de phase III, publiée dans la revue The New England Journal of Medicine, s’est intéressée au traitement topique de la leishmaniose cutanée causée par Leishmania major en Tunisie.

Cette étude multi institutionnelle, comprenant l’Institut Pasteur de Tunis, le département de dermatologie de l’hôpital de La Rabta, l’hôpital régional de Gafsa, la direction de la santé de Sidi Bouzid, l’Institut Pasteur de Paris, l’INSERM-Université Pierre et Marie Curie de Paris, l’activité de développement de matériel médical de l’armée américaine de Fort Detrick (U.S. Army Medical Materiel Development Activity), la société Fast-Track Drugs and Biologics de North Potomacet aux Etats-Unis et la division des médicaments expérimentaux de l’institut de recherche Walter Reed aux Etats-Unis, a suivi l’évolution de 375 patients présentant une à cinq lésions ulcéreuses dues à la leishmaniose cutanée après l’application d’une crème contenant de la paromomycine à 15% et de la gentamicine à 0,5%, ou d’une crème avec seulement de la paromomycine à 15% ou encore d’une crème sans paromycine ni gentamicine mais ayant la même base que les deux autres crèmes (groupe témoins). L’efficacité du traitement, appliqué une fois par jour pendant 20 jours, a été évaluée par un critère de guérison, défini comme une réduction d’au moins 50% de la taille de la lésion index (la lésion prise comme référence) en 42 jours, la réépithélialisation complète en 98 jours et l’absence de rechute à la fin de l’essai, soit 168 jours.

Les résultats de l’étude ont montré un taux de guérison de la lésion index de 81% pour la crème contenant de la paromomycine et de la gentamicine, un taux de 82% pour la paromomycine seul et un taux de 58% pour le groupe témoin. La guérison de la lésion index a été accompagnée par une guérison de toutes les autres lésions sauf chez cinq patients : trois dans le groupe témoin, un dans le groupe paromomycine + gentamicine et un autre dans le groupe paromomycine seule.

Cet essai clinique tunisien, fournit donc la preuve de l’efficacité de la combinaison paromomycine + gentamicine et de la paromomycine seule dans le traitement de la leishmaniose cutanée causée par Leishmania major en Tunisie. D’après les auteurs ce traitement devrait être efficace contre les infections à Leishmania major dans d’autres pays, même si des études sont nécessaires le valider.

K.L