Médicaments antiépileptiques et malformations congénitales y a-t-il un juste milieu ?

13470941-plusieurs-types-de-medicaments-poring-du-fond-d-39-isolement-bouteille-wothMédicaments antiépileptiques et malformations congénitales y a-t-il un juste milieu ?

 

Une récente étude australienne a donné un nouvel espoir aux femmes épileptiques de réduire leur risque de donner naissance à des enfants avec des malformations congénitales.

 

L’étude publiée au journal Neurology a été menée par des experts en épilepsie du Royal Melbourne Hospital. Ils ont découvert un lien entre les doses élevées de Valproate et l’augmentation du risque d’avoir un enfant avec une Spina Bifida ou un hypospadias.

Professeur Terry O’Brein à la tête du département de médecine de l’université de Melbourne a expliqué : « le développement fœtal chez les femmes épileptiques est un vrai souci pour les cliniciens ainsi que les femmes et leurs familles. Des études ont montré un lien entre la prise de valproate pendant la grossesse et les anomalies congénitales. Mais en même temps, cette molécule est souvent le seul traitement efficace pour les crises épileptiques de certaines patientes. Notre étude a montré que la réduction de la dose durant le premier trimestre de grossesse permet de réduire d’une façon importante le risque de spina bifida et d’hypospadias. »

 

Les chercheurs recommandent de prescrire la plus basse dose efficace chez les femmes enceintes de façon à éviter les crises sévères qui sont, elles aussi tératogènes. La question est ici de tenir une balance pour éviter le pire, qu’il soit dû au traitement ou aux crises.

 

A.Kh