Les antihypertenseurs

On y dénombre une multitude de classes thérapeutiques différentes selon leur niveau d’action mais ayant un but commun qu’est le retour du calibre des artères à la normale. Les principales familles des antihypertenseurs sont …

Les antagonistes de l’angiotensine II :

Obtenue par une cascade de réactions biochimiques à partir d’une protéine produite par le foie, l’angiotensine II est une protéine qui joue un rôle décisif dans l’équilibre de la pression artérielle. La principale résultante de ses antagonistes est l’inhibition de l’effet vasoconstricteur de l’angiotensine II (vasoconstriction : diminution du diamètre des artères). Ces médicaments existent sous la forme de comprimés pelliculés ou sécables à différentes doses.

Ils sont contre-indiqués pendant la grossesse car il ya un risque de malformations pendant le premier trimestre et la possibilité d’une insuffisance rénale et de retard d’ossification chez le fœtus pendant le deuxième et le troisième trimestre. Ils sont déconseillés pendant l’allaitement. Ces médicaments doivent être manipulés avec précaution en cas d’insuffisance cardiaque, d’insuffisance hépatique ou d’obstruction des voies biliaires.

Les inhibiteurs de l’enzyme de conversion :

Comme leur nom l’indique, ils inhibent l’enzyme de conversion qui est impliquée dans la synthèse de l’angiotensine II, décrite précédemment. Ils peuvent être utilisés en monothérapie ou en association avec d’autres antihypertenseurs. L’hypersensibilité à l’un des composants, l’insuffisance hépatique sévère, la grossesse, l’allaitement et l’obstruction bilatérale des artères rénales sont des contre-indications absolues

Les inhibiteurs de la rénine :

Récemment introduits dans le traitement de l’hypertension artérielle (depuis 2007), ces inhibiteurs empêchent l’action de la rénine, produite par le rein et qui est à l’origine de l’angiotensine II. Il est contre-indiqué en cas d’hypersensibilité à l’un des constituants, pendant le 2ème et le 3ème trimestre de la grossesse. Son utilisation n’est pas recommandée chez la femme qui allaite. La diarrhée et des éruptions cutanées sont les effets indésirables mises en évidence.

Les antihypertenseurs d’action centrale :

Tels que le Catapressan ou l’Aldomet, ils agissent en stimulant des récepteurs cérébraux appelés les récepteurs alpha-2  ce qui entraîne une diminution du tonus vasoconstricteur périphérique. Un état dépressif grave, des troubles hépatiques sévères ou encore des troubles du rythme cardiaque figurent parmi les contre-indications absolues. Les nombreux effets indésirables en limitent toutefois leur utilisation, on citera en particulier la somnolence, la sécheresse de la bouche, l’asthénie et les céphalées.

L’hypotension orthostatique (hypotension artérielle à la position debout), la diminution du rythme cardiaque, les hépatites aiguës et les troubles digestifs ont été particulièrement notés avec la prise d’Aldomet.

Les antihypertenseurs vasodilatateurs :

Ils entraînent une vasodilatation (l’augmentation du calibre des vaisseaux) des artères par la stimulation de récepteurs appelés récepteurs alpha-1. L’hypersensibilité à l’un des composants est la principale contre-indication, toutefois, pour l’Alpress, ce dernier est contre-indiqué chez l’enfant de moins de 12 ans. Les troubles digestifs à type de nausées et vomissements, céphalées et hypotension sont les effets indésirables les plus fréquemment rapportés. Il est souhaité, pour la femme enceinte et allaitante d’établir une balance bénéfice/risque avant d’utiliser ces médicaments.

Les bêtabloquants :

Indiqués dans l’hypertension artérielle et les troubles du rythme cardiaque. Ce sont des molécules qui agiraient en prenant, au  niveau de récepteurs appelés récepteurs bêta, la place de certains médiateurs impliqués dans l’augmentation de la pression artérielle bloquant ainsi leur action hypertensive. Les contre-indications absolues sont l’asthme, l’insuffisance cardiaque mal contrôlée, l’hypotension artérielle et les troubles de la conduction cardiaque. On rapporte, comme effets indésirables, l’asthénie, le refroidissement des extrémités, la bradycardie (ralentissement du rythme cardiaque), les douleurs gastriques et l’impuissance. Une hypotension orthostatique devrait être recherchée dans les premiers jours de traitement.

On n’a pas rapporté de malformations fœtales chez la femme enceinte traitée par les bêtabloquants mais plutôt une action bêtabloquante qui persiste plusieurs jours après la naissance et qui se manifeste par une détresse respiratoire, une bradycardie et une hypoglycémie. De fait, une surveillance rapprochée du nouveau-né les premiers jours de vie est recommandée si la maman était traitée par des bêtabloquants durant la grossesse.

Les diurétiques : 

Un diurétique est un produit qui augmente la quantité de l’urine éliminée. En augmentant la sécrétion urinaire, s’en suit une élimination parallèle en eau et en sodium (sel) et donc une diminution du volume sanguin et par conséquent de la pression artérielle. Les diurétiques étaient parmi les premières thérapeutiques utilisées pour réguler une pression artérielle élevée.

Ils se divisent grossièrement en diurétiques hypokaliémiants (qui entraînent une diminution du taux de potassium dans le sang) et diurétiques épargneurs de potassium. L’insuffisance rénale et hépatique sévère ainsi que l’hyperkaliémie contre-indiquent formellement l’utilisation de ces derniers.

Il est souhaitable d’éviter de prescrire ces médicaments pendant la grossesse et l’allaitement.

Les inhibiteurs calciques :

Sous forme de gélules ou de comprimés, ces substances empêchent l’entrée du calcium dans la cellule musculaire de la paroi de l’artère. Le calcium est le médiateur indispensable à la contraction musculaire. Le relâchement de l’artère entraîne une baisse de la pression artérielle. L’infarctus du myocarde datant de moins d’un an est la contre-indication principale. Oedèmes des membres inférieurs, céphalées, palpitations et sensations vertigineuses sont des effets indésirables fréquents. Il convient d’éviter d’administrer les inhibiteurs calciques en cas de grossesse et d’allaitement.

Ceci est un aperçu des principales classes thérapeutiques actuellement autorisées sur le marché mais on ne cessera jamais de rappeler qu’arrêter le tabagisme, perdre l’excès de poids, s’alimenter sainement, pratiquer une activité physique régulièrement et une bonne observance du traitement médical prescrit par le médecin aideront à équilibrer au mieux la pression artérielle car on ne peut pas guérir l’hypertension artérielle mais on peut la surveiller et la contrôler.

 

E.K.L