L’aspirine peut ralentir la progression de l emphysème

Selon une nouvelle étude présentée à la Conférence internationale de l’American Thoracic Society, la prise régulière d’aspirine peut aider à ralentir la progression de l’emphysème à son commencement.

L’emphysème est un trouble pulmonaire chronique suite auquel les sacs d’air naturels appelésalvéolesperdent leur élasticité, ce qui les empêche de se vider complètement, à l’expiration. L’air reste ainsi emprisonné dans ces alvéoles, d’où l’augmentation de leurs volumes ; le tabac en est la cause principale.

Selon Carrie Aaron, chercheur au Columbia University Medical Center à New York, il n’existe aucune  méthode connue pour réduire le risque de développer un emphysème outre celle d’arrêter de fumer.

L’étude a inclus 4471 personnes participant à une analyse multi-ethnique de l’étude Lung athérosclérose. Le pourcentage du volume pulmonaire avec des symptomatologies emphysémateuses a été évalué sur un maximum de 4 tomodensitogrammes réalisés sur environ 10 années de suivi. La Spirométrie, une mesure du débit d’air expiré, a été réalisée dans 81% des sujets de l’étude.

Sur les 4 471 sujets de l’étude, 21% (921) utilisaient régulièrement de l’aspirine, 55% étaient des fumeurs, et 25% de ceux ayant eu recours à la spirométrie, présentaient une obstruction des voies respiratoires.

La prise régulière d’aspirine a été associée à une progression beaucoup plus lente du pourcentage d’apparition d’un emphysème pour une période de plus de dix ans, par rapport à ceux qui n’en utilisaient pas, même après ajustement de certains nombres de facteurs de confusion potentiels, notamment l’âge, le sexe, la race / ethnicité, cigarettes / jour , paquets-années, et de l’hypertension.

Les résultats sont cohérents dans les analyses score de propension, effectuées afin de minimiser les effets de confusion. Des réductions similaires du taux de progression de l’emphysème été observés chez les personnes ayant fumé dans le passé.

B.H.S