Effets de l’hydrocortisone sur le développement neurologique des nourrissons de faible poids à la naissance

bebe-premature-hydrocortisone-sante-tunisieL’hydrocortisone représente l’un des médicaments les plus fréquemment prescrits aux nourrissons de très faible poids à la naissance.

Mais malgré l’utilisation répandue de l’hydrocortisone, ses effets sur le développement neurologique de ces nourrissons après l’âge d’une semaine, n’ont pas été évalués dans des essais randomisés. En outre, l’intérêt de prescrire de l’hydrocortisone en prévention du risque de développer une dysplasie broncho-pulmonaire (BPD) est mal documenté.

« En dépit des progrès dans les soins périnataux, un bébé sur 2 nés avec un très faible poids, développe une BPD et des troubles de développement neurologique », explique  le Dr Nehal Parikh du « The Research Institute at Nation wide Children’s Hospital »

La BDP est caractérisée par une inflammation systémique, conduisant à un lien potentiel  avec, outre la BDP, le développement cervical et neurologique anormal. L’idée que les médicaments anti-inflammatoires, tels que l’hydrocortisone, pourraient offrir des bienfaits contre toutes ces pathologies,  a été retenue sans avoir nécessairement des données l’appuyant.

Dans une nouvelle étude randomisée en double aveugle, publiée  dans la revue PLoS ONE, le Dr Parikh et ses collègues  ont évalué, les effets à court et à long terme de doses de stress de l’hydrocortisone par rapport à un placebo après 1 semaine d’âge.

Une solution d’hydrocortisone ou un placebo salin ont été administrés pendant 7 jours à des nourrissons de faible poids à la  naissance et des sous ventilation mécanique de  10 à  21 jours d’âge. La période d’étude a pris fin avec un contrôle du développement neurologique à 18 à 22 mois d’âge.

L’équipe n’a trouvé aucune preuve que les doses d’hydrocortisone utilisées dans l’étude aient  empêché la dysplasie broncho-pulmonaire (DBP), mais le Dr Parikh suggère que même si de faibles doses d’hydrocortisone ne semblent pas être bénéfiques pour les poumons, il a été par contre démontré qu’ils peuvent améliorer les résultats cognitifs.

« L’utilisation de l’Hydrocortisone, dans nos essais, n’a pas réduit le risque de DBP par rapport au placebo, probablement parce que nous avons utilisé des doses qui ne soient  pas suffisamment élevées et / ou que les nourrissons prématurés était trop malade, » explique le Dr Parikh

Dans la suite de leurs travaux, le Dr Parikh et son équipe du « Nation wide Children hospital », comptent  examiner la relation entre l’hydrocortisone et le risque d’anomalie cérébrale inflammatoire qui touche jusqu’à 75 pour cent des  nourrissons prématurés.

B.H.S