Cometriq : un nouveau traitement pour le cancer médullaire de la thyroïde

La U.S FDA (agence américaine de l’administration des médicaments) vient d’approuver la mise sur le marché du Cometriq (cabozantinib), un nouveau médicament pour le traitement du cancer médullaire de la thyroïde métastasé.

Le cancer médullaire de la thyroïde représenté 4% des cancers thyroïdiens et il se développe aux dépens d’un type particulier de cellules, les cellules C, qui produisent de la calcitonine. Cette dernière est une hormone dont le rôle est la régulation du métabolisme du calcium et du phosphore.

Le Cometriq agira en bloquent l’activité de certaines protéines impliquées dans la croissance et le développement des cellules C. L’efficacité et l’innocuité de ce médicament ont été établies suite à un essai clinique auprès de 330 patients souffrants de cancer médullaire de la thyroïde.

Il a été constaté que les personnes qui avaient reçu du Cometriq ont bénéficié de 11,2 mois en plus sans que la tumeur n’augmente en volume comparativement à une période de 4 mois pour ceux qui avaient reçu un placebo. Les résultats ont également montré que 27% des patients ayant reçu du Cometriq ont observé une réduction de leur taille tumorale qui a duré, en moyenne, pendant 15 mois. Toutefois, le Cometriq n’a pas augmenté l’espérance de vie des personnes malades.

 

Les principaux effets secondaires rapportés sont digestifs à type de nausées, diarrhées, constipation, perte d’appétit et de poids, douleurs abdominales. On note aussi l’augmentation de la pression artérielle et un gonflement des doigts et des orteils.

Sur le plan biologique, le Cometriq entraînerait une augmentation des enzymes hépatiques, une diminution du calcium, du phosphore, des globules blancs et des plaquettes.

Le Cometriq est fabriqué par la firme « Exelixis ».

 

E.K.L