Prédiction de la réponse aux médicaments antipsychotiques à l’aide de scanners du cerveau

scanner-cerveau-sante-tunisieDes chercheurs de l’Institut Feinstein pour la recherche médicale ont découvert que les scanners du cerveau peuvent être utilisés pour prédire la réponse des patients au traitement antipsychotique. Les résultats sont publiés en ligne dans le dernier numéro de « l’American Journal of Psychiatry ».

Les troubles psychiatriques, comme la schizophrénie et les troubles bipolaires sont caractérisés par des idées délirantes, des hallucinations, et un comportement désorganisé. Il est estimé que ces troubles  touchent jusqu’à trois pour cent de la population et sont une cause majeure d’invalidité dans le monde entier.

Les épisodes psychotiques sont actuellement traités avec des antipsychotiques ; mais le traitement est instauré sans tests de laboratoire ni de scanners du cerveau, telles que l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle ou IRM fonctionnelle (IRMf).

Les médecins utilisent souvent « essai-et-erreur » lors du choix d’un traitement pour les troubles psychotiques, sans savoir si les patients vont bien réagir à tel ou tel traitement. Ce manque de connaissances impose un lourd fardeau non seulement sur les patients et leurs familles, mais aussi sur les professionnels de la santé et les systèmes de soins de santé.

Les ditschercheurs ont utilisé des IRM obtenus avant le traitement pour prédire la réponse ultime aux médicaments chez les patients souffrant de leur premier épisode de schizophrénie. Des modèles de connectivité d’une région du cerveau appelée le striatum, qui tend à être atypiques chez les patients souffrant de troubles psychotiques, ont été utilisés pour créer un indice.

Cet indice prédit significativement si  les symptômes psychotiques ont diminué chez les patients de ces études. Ce qui est encore plus significatif c’est que les chercheurs ont appliqué cet indice pour confirmer leurs résultats dans un groupe distinct de patients avec des maladies plus chroniques,qui ont été hospitalisés pour des symptômes psychotiques.  Ils ont constaté que les résultats du traitement pourraient être également prédits dans ce groupe distinct.

Les résultats de cette recherche ouvrent la porte à une nouvelle approche de    précision des médicaments en psychiatrie, et plus particulièrement l’utilisation du scanner et le rôle important  qu’il peut avoir dans le traitement des troubles psychiatriques.

B.H.S