Le thé vert pour améliorer les IRM ?!

Véritable élixir pour la santé, le thé vert, est la deuxième boisson la plus consommée dans le monde, après l’eau.

Sa popularité s’est rapidement accrue ces dernières années.

Ses adeptes peuvent soit le boire, soit profiter de sa saveur dans leur crème glacée ou  même s’hydrater la peau avec en utilisant des lotions infusées.

Mais ce n’est pas tout. Le thé vert pourrait aussi avoir, selon une nouvelle étude publiée au journal de « American Chemical Society », un nouvel atout inimaginable, qui est celui  d’améliorer la qualité des images des IRM.

En effet, l’équipe du professeur Sanjay Mathur de l’université de Cologne, a  noté que cette récente recherche a révélé l’utilité potentielle des nanoparticules, d’oxyde de fer en particulier, dans la réalisation d’une meilleure imagerie biomédicale.

Mais ces nanoparticules ont leurs inconvénients. Ils ont tendance à se regrouper facilement et vont par conséquent avoir besoin d’aide pour se rendre à la  destination souhaité du corps.

Afin de parer à cette problématique, les chercheurs ont tenté de fixer des nutriments naturels aux nanoparticules. Ils ont à cette fin voulu vérifier si des composés du thé vert, connus pour leurs propriétés anticancéreuses et anti-inflammatoires, pourraient jouer ce rôle.

En utilisant un processus simple, en une seule étape, ils ont couvert les nanoparticules d’oxyde de fer avec des composés de thé vert appelés catéchines et les ont administré à des souris atteintes de cancer.

Les résultats étaient concluants. Les  IRM ont révélé  que les nouveaux agents d’imagerie se sont bien rassemblés dans les cellules tumorales et ont montré un fort contraste avec les cellules non tumorales les entourant. Les chercheurs ont confirmé  que les nanoparticules induits de catéchine sont des candidats prometteurs pour leur  utilisation dans les IRM et les applications connexes.

B.H.S