Le stéthoscope, un outil à multi-usages

Le stéthoscope, un outil à multi-usages

Mais voyons, d’abord, ce que c’est qu’un stéthoscope ? Du grec « stêthos » (poitrine) et « scope » du grec ancien ‘skopien » (observer), il s’agit d’un instrument médical acoustique, utilisé pour l’auscultation, c’est-à-dire l’écoute des sons internes au corps humain.

Le stéthoscope est, donc, un système de transmission et d’amplification des sons par résonance. Son principe est, plutôt, assez simple. A l’aide d’une interface spécifique, un son est capté, puis transmis sur une faible distance jusqu’aux oreilles de l’utilisateur. Traditionnellement, le son est transmis de façon aérienne via un conduit. La dernière génération de stéthoscopes est électronique et utilise un système de microphone et de hauts parleurs pour transmettre les sons.

Historiquement, c’est le docteur français René Laennec qui est, en 1816, à l’origine du stéthoscope. Il s’agissait alors d’une liasse de papiers roulés qui permettait d’éloigner l’oreille du médecin de son patient. Le stéthoscope a été amélioré vers 1830 par Pierre Piorry.

De nos jours, le stéthoscope prend d’autres formes et plusieurs variétés : stéthoscope à simple ou double pavillon, stéthoscope cardiologie, stéthoscope standard, etc. Le stéthoscope est un appareil non intrusif, sans effet secondaire, sauf cette sensation de froid lors du premier contact avec la peau.

Cependant, de nos jours, l’arrivée des appareils automatiques a surpassé ces préjugés. Effectivement, son usage déborde et dépasse largement l’auscultation médicale. Malgré tout, l’utilisation de cet outil médical requiert, surtout, une compétence particulière, et ce afin de pouvoir adapter les traitements adéquats aux besoins des patients.

De par sa construction, le stéthoscope comporte un amplificateur acoustique constitué d’un large pavillon et de petits écouteurs. Tous les professionnels de la santé s’en servent pour écouter les battements cardiaques, les bruits abdominaux ou fœtaux ou encore pour prendre la tension artérielle.

Enfin, pour ausculter avec un stéthoscope, il faut s’assurer, d’abord, que le patient est bien installé sur la table d’examen. La température devrait être ambiante et l’environnement calme. Pour une auscultation cardiaque, le patient doit être examiné couché sur le dos, puis sur le côté en position horizontale et en position assise.

Il est bon à savoir que les diverses postures permettent d’écouter les différents sons, surtout ceux qui sont anormaux.

M.B.H