La sécheresse oculaire : un outil remède en voie de test

The Journal of Neural Engineering, vient de publier les résultats de travaux de scientifiques de l’institute of physics, qui viennent de développer un dispositif électronique qui stimule la production de larmes, offrant de l’espoir aux personnes souffrant du syndrome de l’œil sec, l’une des maladies oculaires les plus courantes dans le monde.

Décrite par la déficience du film lacrymal sur la surface de la cornée conduisant à une inflammation de la cornée et à la conjonctive, la sécheresse oculaire est l’une des maladies de l’œil, qui affecte 5-6% de la population aux USA et contre laquelle il n’existe actuellement pas de traitement efficace.

Testé sur des yeux de lapins, le dit dispositif (16 mm de long, 3-4 mm de large et 1-2 mm d’épaisseur)  implanté sous la glande lacrymale inférieure,  et activé sans fil,  a permis l’augmentation de la production de larmes de près de 57%.

Les chercheurs ont également découvert que la voie nerveuse afférente (la voie neuronale de neurones sensoriels au cerveau qui activent le réflexe des larmes) offre un moyen encore plus efficace pour améliorer la production de larmes.

Daniel Palanker, auteur de l’étude et  pf à l’université de « Standforf » déclare :« qu’initialement, nous n’avions prévu uniquement que de  stimuler la glande lacrymale,  mais la  plus grande surprise pour nous a été de découvrir que la stimulation de la voie neuronale afférente a fourni une réponse plus puissante et plus longue de larmes.»

La prochaine phase de cette recherche sera d’évaluer la «qualité» des larmes produites, car en plus du volume, la teneur en protéines et en lipides est tout aussi importante. Le dispositif est actuellement sous essais cliniques en vue de son  approbation par la «  Food & Drug Administration »  FDA.

B.H.S