La chambre implantable de chimiothérapie : avantages majeurs, risques mineurs

implante-chimiothérapie-sante-tunisieLa chambre implantable est utilisée, en général, pour les perfusions et autres transfusions répétées ainsi que les injections de médicaments. Elle est fortement et spécialement conseillée pour la chimiothérapie dans le sens où il s’agit d’un moyen qui facilite le traitement et assure un confort certain.

En effet, la perfusion de chimiothérapie exige la pose d’un dispositif interne, appelé « chambre implantable », relié à une grosse veine centrale, permettant de perfuser de façon prolongée ou d’administrer les traitements intraveineux en toute sécurité.

Cette « chambre » a l’avantage de faire éviter l’éventuel effet toxique du produit sur des veines de calibre inférieur, comme celles du bras. Elle est particulièrement indiquée lorsque les veines sont fragiles ou inutilisables.

La chambre implantable se compose d’une chambre, sorte de petit réservoir surmonté d’un septum (membrane épaisse) et d’un cathéter, fin tuyau qui se fixe à la chambre. Elle a la taille d’un sucre en morceau fera une petite bosse discrète sur la paroi thoracique immédiatement en dessous de la clavicule droite ou gauche.

C’est dire que le procédé offre de nombreux avantages dont on citera, notamment, les plus importants :

•l’épargne des petites veines des bras,

•la diminution du risque infectieux,

•la possibilité de perfuser de grandes quantités de médicaments dans la même veine

•la rapidité et facilité d’accès à la voie veineuse

•la possibilité de traitements en ambulatoire en toute sécurité,

•la diminution de l’inconfort dû aux injections répétées.

Mais comme pour tout acte ou autre formule de soins, les risques, mêmes minimes, ne sont pas absents. Ainsi, pour toute intervention et implantation chirurgicale, un certain nombre d’effets indésirables et de complications sont susceptibles de se produire lors de la mise en place ou de l’utilisation du dispositif.

Et même si des milliers de personnes bénéficient chaque année de la mise en place d’une chambre implantable sans aucun effet secondaire, il est utile d’être informé d’un nombre de risques, en l’occurrence :

– risques associés aux anesthésies locales ou générales, à l’intervention chirurgicale,

– incidents ou accidents rares liés à la technique de mise en place de la chambre : saignement, hématome local, fuite d’air du poumon (pneumothorax), trouble du rythme cardiaque,

– incidents ou accidents liés à l’entretien et à la manipulation de la chambre implantable : cathéter qui se bouche, rupture du cathéter qui peut migrer, fuite de la perfusion sous la peau, infection locale ou générale, coagulation,

– incidents ou accidents liés à la situation sous cutanée de la CIP : érosion ou inflammation de la peau, extériorisation de l’implant, déplacement de la chambre ou du cathéter ;

– rejet de l’implant, sensibilisation, allergie,

A souligner, toutefois, que tous ces incidents sont possibles mais rares et réversibles avec un traitement adapté. Par contre, ne pas poser de CIP expose au risque majeur d’épuiser rapidement le capital veineux

N.H