L’IRM n’est pas nuisible pour les pacemakers

Les personnes qui portent un pace maker représentent souvent une contre-indication à la réalisation d’une IRM vu le risque d’endommager le stimulateur cardiaque.

Pour mieux apprécier la fréquence de ces pannes, une équipe de scientifiques a mené une étude auprès de 109 patients porteurs d’un pacemaker et qui avaient bénéficié d’une IRM entre 2006 et 2009. L’étude a été menée comparativement à un groupe de 50 personnes ayant un pacemaker mais qui n’avaient pas eu d’IRM.

Il n’a pas été constaté de panne du stimulateur électrique, d’une défaillance de la batterie, de troubles du rythme cardiaque ou de décès mais plutôt une augmentation du seuil de stimulation dans 3% des cas (le seuil est la valeur au-delà de laquelle on a une activité cardiaque), une diminution du voltage de la batterie dans 4% des cas et une modification de l’impédance (grandeur de mesure pour courants alternatifs) de l’électrode de stimulation dans 6% des cas.

D’après ces données détaillées dans la revue « American Journal of Cardiology », l’IRM n’entraîne aucunement une altération de l’activité du pacemaker, toutefois la vigilance doit être de mise en attendant la généralisation de l’usage des nouveaux stimulateurs cardiaques conçus en prévision d’éventuelle IRM et dont la commercialisation a été autorisée par la FDA (agence américaine de la sécurité des médicament en 2011.

 

E.K.L