En Tunisie, on sait fabriquer des ECG

ecg-sante-cardiologie-realisation-electrodesLes appareils ECG meublent toutes les structures sanitaires aussi bien publiques que privées, ils représentent la base de tout équipement de santé. Ceci dit, on ne va pas parler ECG mais ça nous fera plaisir et honneur que Mr Anis Ben Slimane, maître assistant à l’école nationale d’ingénieurs de Sousse, ait mis au point un appareil ECG tunisien « 100% home made ». Pour Santé tn, Mer Ben Slimane a accordé cette interview.

« Bien que le marché soit bondé d’appareils ECG de différentes marques et technologies, je voulais, en premier lieu, fabriquer notre appareil ECG 100% tunisien pour faire un premier pas vers l’indépendance et aider à réduire l’importation de produits étrangers. En second lieu, je voulais instaurer la culture de fabrication de produits haute technologie en Tunisie car nous avons et nous formons les compétences nécessaires mais qui manquent uniquement d’encadrement.

De plus, depuis mon jeune âge, j’avais une passion pour la médecine, je suis, certes, devenu ingénieur puis enseignant universitaire (chose que je ne regrette pas) et me voilà, par le biais de ce genre de projet, entraîné par la grande porte dans le domaine de la santé ».

« Vous me direz : pourquoi l’ECG en particulier et quelles sont ses caractéristiques ? L’idée de fabriquer cet appareil ECG a débuté par un projet de fin d’études proposé par Professeur Mohamed Dogui, neurologue au CHU Sahloul de Sousse. Ce projet a abouti à un premier ECG tunisien « amateur » qui permet d’acquérir uniquement une seule dérivation parmi 12 et ne possédant pas de dispositif de sécurité, lequel dispositif est imposé par la norme pour garantir que l’instrument ne présente pas de dangers pour le patient. Puis et après plusieurs versions, dans le but de finaliser le produit, j’ai réussi à fabriquer un premier ECG professionnel fonctionnant sur ordinateur mais moyennant une liaison USB filaire, puis j’ai amélioré cette version pour enfin aboutir au petit « bijou » : l’ECG avec Bluetooth (liaison sans fil) permettant plus de mobilité avec ce genre de liaison. Ainsi, le médecin peut monitorer le tracé ECG  sans avoir à se déplacer de son bureau et évite l’utilisation du chariot réservé habituellement pour les appareils ECG traditionnels.

« En plus, mon appareil ECG est parmi les 1ers et rares appareils ECG de nouvelle technologie fonctionnant sur ordinateur. Par ailleurs, mon ECG se distingue par l’excellente qualité du tracé, chose qui a été confirmée par les cardiologues rythmologues. Cette qualité est due au fait que j’ai équipé mon ECG avec une technique de filtrage originale que j’ai publiée récemment et que j’ai nommée « technique de filtrage par transformée de Fourier rapide à fenêtre glissante« . Mon appareil a également la particularité de posséder un moyen visuel qui indique au médecin si les électrodes adhèrent correctement à la peau du patient, ceci en plus d’une excellente autonomie de batterie pouvant atteindre les 2 mois, un design original, un coût très compétitif qui peut concurrencer les produits chinois (connus par leur pris très bas…), un logiciel ayant une interface graphique très conviviale, moderne et facile d’utilisation, une garantie de 3 ans et surtout un service après vente, chose qui n’est pas disponible pour les produits importés ».

Quant à la question de mise sur le marché du produit, Mr Ben Slimane a répliqué qu’ « un dossier de demande de soutien de la part du ministère de la santé y a été déposé. Pour essayer d’accélérer les choses et devant la bonne évaluation et l’appréciation positive de ce produit par les spécialistes, on est en train de fonder une société avec des médecins pour lancer le produit sur le marché tunisien. Bien entendu, certains obstacles sont toujours au rendez vous, notamment l’obtention d’une autorisation de vente de la part du ministère de la santé, surtout que tous les tests que le ministère impose de faire sur les produits importés avaient été réalisés, en sachant que ces tests sont habituellement réservés aux appareils qu’on importe et non pas pour ceux fabriqués localement ».

En abordant l’éventualité d’exporter le produit, notre interlocuteur a précisé que « Pour l’export, c’est un rêve, mais il faudra toujours commencer par le marché local. Bon à savoir que pour exporter vers l’Europe, il faudra avoir le marquage CE, chose qui nécessite environ 100 mille dinars, un délai d’un an et demi et une entreprise ayant déjà l’ISO 9001, ce qui représente des charges lourdes au démarrage ».

Et pour ses projets d’avenir, Mr Ben Slimane ne manque pas d’idées en disant que « je compte fabriquer d’autres appareils, tels que les moniteurs, les Holters rythmiques, les Holters tensionnels, les EEGs (électroencéphalographes) et EMGs (électromyographes). Au programme également, une idée innovante concernant la fabrication d’un appareil pour RCF (rythme cardiaque fœtal) utilisant un microphone au lieu de la sonde Doppler 2.4GHz.

En effet, les occidentaux prétendent que ce genre d’instruments sont dénués de danger sur la santé alors que je peux confirmer, en tant qu’ingénieur et enseignant chercheur, que ce genre de technologie est risqué puisque cette sonde dégage une énergie puissante similaire, voire pire, que celle du téléphone portable car la fréquence de l’onde est plus élevée et la durée de l’exposition est plus longue (minimum de 30 minutes) ».

E.K.L

anis-ben-slimane-ecg-sante-cardiologie-fabrication               

                                    Mr Anis Ben Slimane  

              Maître Assistant à l’Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sousse