Zoom sur la Fibromyalgie

Reconnu en 1992 par l’OMS, comme étant une maladie rhumatismale, la fibromyalgie est caractérisée par l’existence de douleurs musculaires chroniques et multiples associées à une fatigue et des troubles du sommeil. Elle toucherait environ 2-3% de la population mondiale, principalement les femmes.

La complexité de la fibromyalgie réside dans le fait que l’on n’a pas totalement élucidé son mécanisme, ni mis en évidence les causes de son apparition.

En effet plusieurs hypothèses ont été avancées pour expliquer les mécanismes à l’origine de l’apparition des symptômes douloureux de la fibromyalgie, a savoir une cause psychogène, vu l’absence de lésions organiques.

Mais l’hypothèse qui paraît la plus intéressante actuellement est que cette pathologie est liée à un trouble des voies neurologiques de la sensibilité à la douleur, au niveau du cerveau.En effet, chez les personnes atteintes de fibromyalgie tout se passe comme si leurcerveau interprétait « mal »les messages douloureux et les amplifiait.  

L’IRM fonctionnelle du cerveau qui permet d’étudier l’activité cérébrale dans les régions impliquées dans la douleur, a mis en évidence des anomalies du fonctionnement des voies de la douleur dans le cerveau des malades fibromyalgiques.

Toutefois le diagnostic de cette maladie demeure difficile à poser en raison des tests biologiques non spécifiques, et les personnes atteintes peuvent avoir des analyses biologiques normales, et les médecins auront donc recours à un « diagnostic d’élimination », incluant notamment « Les critères ACR 1990 » du Collège américain de rhumatologie, définissent la fibromyalgie suivant la présence d’une douleur répandue sur tout le corps depuis plus de 3 mois, et affectant l’ensemble des quatre quadrants du corps (les deux côtés, au-dessus et en dessous de la ceinture), et au moins 11 points douloureux à la pression parmi 18 points définis.

La fibromyalgie est une maladie chronique qui peut évoluer pendant des années avec des douleurs persistantes sans aggravation, mais responsables d’une gêne importante.

Certains antalgiques peuvent être utilisés afin de réduire la douleur. Les anti-dépresseurs peuvent également être utilisés pour leurs action sur les troubles du sommeil, la fatigue ainsi que sur les troubles de l’humeur rencontrés au cours de cette maladie.

Des traitements non médicamenteux tels certaines activités physiques (la marche a pieds, des exercices aquatiques) sont bénéfiques dans la prise en charge de cette maladie.

                                                                                                                        B.H.S