Tout ce qui a trait aux mycoses des ongles avec le Pr Ines Zaraâ

toutDes ongles en pleine santé et bien soignés, on en rêve toutes mais parfois ces ongles peuvent casser, se strier, se dédoubler ou encore jaunir. De tels événements, pas très glamour, peuvent être générés par des champignons et l’infection qui en résulte est appelée mycose. Pour aborder cette pathologie unguéale, santé tn a contacté le Dr Ines Zaraâ, professeur agrégé au service de dermatologie à l’hôpital La Rabta.

 

Santé tn : Qu’est ce qu’un ongle?

 

Dr Ines Zaraâ : L’ongle ou plutôt l’appareil unguéal est une structure complexe qui est centrée par la tablette unguéale (lame de kératine). Elle est habituellement rectangulaire et semi-dure. Sa surface supérieure est lisse et brillante. La lame unguéale comporte en arrière la racine ou la base de l’ongle qui est cachée par le repli sus-unguéal et qui est responsable du renouvellement de l’ongle.

A travers cette tablette unguéale, on aperçoit par transparence le lit unguéal auquel elle est solidement attachée mais l’adhérence est plus faible au niveau des sillons latéraux (zone de fragilité).

 

Sante tn : Qu’appelle-t-on mycose des ongles?

 

La mycose des ongles ou « onychomycose » se définit comme une infection de l’appareil unguéal par des agents pathogènes d’origine fongique. L’onychomycose est une infection par un champignon microscopique (mycose) au niveau des ongles (onycho) des mains et/ou des pieds. Cette infection peut être isolée, mais elle s’associe souvent à une infection palmo-plantaire (kératodermie), des petits plis (intertrigo mycosique), de la peau…

 

On distingue 3 groupes de champignons pouvant contaminer l’ongle: les dermatophytes, les levures et les moisissures (rares). Les champignons vont initialement contaminer l’ongle au niveau de certaines zones de fragilités (les sillions proximaux, distaux et latéraux) avant de coloniser tout l’appareil unguéal.

On décrit plusieurs types cliniques d’onychomycoses en fonction de la voie de pénétration du champignon dans l’appareil unguéal: la variété sous-unguéale est la plus fréquente, les atteintes proximales et les leuconychies superficielles qui sont beaucoup plus rares.

 

Santé tn : Quels sont les principaux signes cliniques de la mycose ?

 

Cliniquement, l’onychomycose se traduit par différents signes : épaississement de l’ongle (hyperkératose sous unguéale), perte de la transparence de la tablette unguéale, modification de la couleur de la tablette (jaunâtre, blanchâtre, noirâtre…), onycholyse (détachement de la tablette de son lit), paronychie (inflammation du repli sus unguéal proximal). Une destruction complète de l’appareil unguéal constitue le stade ultime en l’absence de traitement.

 

Santé tn : Existe-il des particularités pour les mycoses des ongles des doigts et celles des ongles des orteils?

 

L’onychomycose peut concerner les ongles des mains ou des pieds. Certaines particularités, cliniques et mycologiques, ont été rapportées.

 

Au niveau des orteils, l’atteinte est habituellement secondaire à des agents dermatophytiques. Elle est de type disto-latéral et n’est jamais précédée d’une inflammation du repli sus unguéal (perionyxis). L’ongle s’épaissit, perd sa transparence, se teinte de jaune brunâtre. Cliniquement, la progression d’une hyperkératose sous-unguéale blanc ou jaune friable aboutit à une onycholyse. Négligée, l’atteinte unguéale finira par entraîner la destruction totale de l’ongle.

 

Au niveau des mains, l’infection est habituellement d’origine levurique (surtout candida). Certaines catégories professionnelles sont particulièrement concernées: pâtissiers, plongeurs, ménagères, techniciens de surface. Le début se fait le plus souvent par une tuméfaction douloureuse du bourrelet de l’ongle. L’évolution se fait sur un mode subaigu ou chronique laissant des stries transversales latérales sur la tablette épaissie et une onycholyse latérale avec une pigmentation jaune verdâtre. En l’absence de traitement, l’évolution se fait vers la destruction totale de l’ongle.

 

Santé tn : Existe-t-il des facteurs de risque pour ces mycoses?

 

Les onychomycoses sont des pathologies fréquentes. Certains facteurs favorisants, aussi bien pour les mycoses des ongles des mains que des pieds, ont été rapportés

 

Principaux facteurs favorisant les onychomycoses des mains

• Port prolongé de gants

• Microtraumatismes répétés (jardinage…)

• Utilisation manuelle excessive de détergent (lessive et autres produits corrosifs)

• Manipulation de produits sucrés (bonbons, pâtisseries)

• Professions exposées (coiffeur, manucure, podologue…)

Contacts répétés avec l’eau

 

Principaux facteurs favorisant les onychomycoses des pieds

• Microtraumatismes répétés de l’ongle ou des pieds

• Port de chaussures ou de bottes fermées (mineurs, militaires…)

• Chaussettes en tissus synthétiques et chaussures en matières plastiques

• Sports à risque : natation, judokas, marathoniens

• Malposition des orteils

• Epaississement de la plante des pieds

• Professions exposées : celles nécessitant le port de bottes, de chaussures de protection…

 

D’autres facteurs favorisants peuvent être incriminés: insuffisance circulatoire, déficit immunitaire, diabète, prédisposition familiale…

Santé tn : Quels sont les moyens thérapeutiques existants aujourd’hui pour faire face à cette pathologie?

 

Ces dernières années ont été marquées par une prise de conscience de l’importance des onychomycoses dues aux dermatophytes dans plus de 80 % des cas, aux Candida et plus rarement aux moisissures.

De nouvelles perspectives dans le traitement des onychomycoses ont été apportées par le développement de nouveaux antifongiques topiques et systémiques et par la possibilité de schémas thérapeutiques innovants qui résultent d’une recherche ayant pris en compte la pharmacocinétique, la pharmacovigilance et le coût économique. Cependant, tous les médicaments n’ont pas la même autorisation de mise sur le marché selon les pays.

 

Il existe des molécules antifongiques par voie systémique (voie générale) dont la terbinafine, l’itraconazole et le fluconazole dont les études ont prouvé leur grande efficacité sur les champignons et des solutions filmogènes (vernis) contenant de l’amorolfine ou du ciclopirox adaptées à l’ongle.

 

Le choix des médicaments doit prendre en compte leur spectre d’activité, leurs effets secondaires et leurs interférences avec les autres médicaments. Les traitements associant antifongiques systémiques et topique et une diminution de la zone parasitée des ongles sont reconnus comme les plus performants. Dans les onychomycoses à dermatophytes, ce type de traitement autorise même aux patients l’espoir d’une guérison définitive.

Cependant malgré ces innovations thérapeutiques, le traitement des onychomycoses dues à des moisissures reste encore trop souvent en échec.

 

Santé tn : Peut-on prévenir ces mycoses?

 

L’onychomycose est une pathologie souvent récidivante. La prévention reste délicate à mettre en place

• Il est important de désinfecter les chaussettes et les chaussures

• Il est nécessaire de traiter toute atteinte cutanée entre les orteils.

• Il est souhaitable de limiter la dissémination des champignons dans la salle de bain en utilisant des serviettes individuelles et en ayant une hygiène soigneuse avec séchage minutieux des espaces inter-orteils après la douche ou le bain.

 

Il est impératif de bien suivre son traitement : pour être efficace, le traitement prescrit par votre médecin doit être pris pendant toute la durée prévue sans interruption.

 

Le Dr Zarâa a conclu en disant qu’il faudrait toutefois savoir que toute modification de l’aspect de l’appareil unguéal (onychopathie) n’est pas obligatoirement une onychomycose. Plusieurs autres pathologies dermatologiques ou non peuvent aboutir aux mêmes modifications observées au cours des onchomycoses.

Une onychopathie correspond à une onychomycose dans 50% des cas. Pour les 50% restants, il peut s’agir de dystrophies mécaniques, psoriasis, lichen, insuffisance hépatique, rénale, dermite de contact, tumeur…..

La pratique d’un prélèvement mycologique est indispensable, permettant ainsi de confirmer le diagnostic avant la mise sous traitement et d’identifier le cas échéant l’agent responsable.

Entretien conduit

par E.K.L 

 

docteur-ines-zaraa-dermatologie-mycose

 

Dr Ines Zara, Professeur agrégé

Service de dermatologie à l’hôpital La Rabta