Qu’est ce que l’œsophage ?

L’œsophage fait partie de l’appareil digestif. C’est un conduit alimentaire de structure musculaire qui relie la bouche à l’estomac. Situé derrière la trachée, l’œsophage a une longueur moyenne de 25 cm et il est divisé en trois parties : l’œsophage cervical, l’œsophage thoracique et l’œsophage abdominal.

C’est sa composition musculaire et son innervation qui permettent la progression du bol alimentaire, aussi bien solide que liquide, tout le long de l’œsophage.

 

En l’absence de nourriture, l’œsophage est dit au repos et n’est animé d’aucune contraction. Il devient aplati et ne contient même pas de l’air. Lorsqu’il est au repos, l’œsophage est également fermé à ses deux extrémités par des structures musculaires appelés sphincters. L’extrémité supérieure est fermée par le sphincter supérieur de l’œsophage (SSO) et la partie inférieure est fermée par le sphincter inférieur de l’œsophage (SIO).

C’est au moment de déglutir que naîtra une onde contractile qui se propagera de proche en proche tout le long de l’œsophage et est à l’origine de l’ouverture du SSO et du SIO.

 

Quels sont les symptômes œsophagiens qui doivent alerter ?

Les sensations de brûlures gastriques, les éructations, les régurgitations (retour du contenu de l’estomac vers l’œsophage), le pyrosis (la sensation de brûlures qui remonte le long de l’œsophage), la dysphagie (la difficulté à avaler) ou une hémorragie digestive doivent amener le patient à consulter. D’autres symptômes, quoi que extra-digestifs, devraient également attirer l’attention du patient comme la dyspnée (difficulté respiratoire), les accès de toux, une voie enrouée, des douleurs thoraciques, des gingivites récidivantes ou un amaigrissement. Ces signes peuvent traduire une pathologie digestive œsophagienne compliquée.

La dysphagie est parmi les signes cliniques les plus alarmants car des plus révélateurs des pathologies œsophagiennes graves. Son mode d’installation (brutal ou progressif) et d’évolution, sa localisation, son électivité pour les aliments solides ou liquides et les signes accompagnateurs sont à rechercher systématiquement devant toute dysphagie.

 

La localisation profonde de l’œsophage fait de lui un organe inaccessible à un examen physique, et de ce fait, tout signe clinique anormal devrait être pris au sérieux car il peut ne représenter que le sommet de l’iceberg.

E.K.L