La pression veineuse centrale

La pression veineuse centrale définit la pression qui règne dans la veine cave supérieure et s’approche, de ce fait, de la pression de l’oreillette droite.

Une petite note de physiologie

En quittant le ventricule gauche par l’aorte, le sang est éjecté dans les grosses artères, puis dans les artères de moyen et de petit calibre, par la suite dans les artérioles pour arriver ensuite aux capillaires qui sont les plus petits vaisseaux de l’organisme reliant le secteur artériel au secteur veineux et qui représentent la zone d’échange entre les organes et le sang. Le sang qui quitte les capillaires sera acheminé dans les veinules puis les veines dont le calibre s’agrandira progressivement jusqu’à être déversé dans les veines cave supérieure et inférieure pour atterrir dans l’oreillette droite. Ce sang riche en dioxyde de carbone, quittera cette oreillette en direction des poumons via les artères pulmonaires pour se débarrasser du CO2 et s’approvisionner en dioxygène. Une fois l’opération accomplie, il sera déversé dans le ventricule gauche et ça recommence.

Les veines transportent le sang des viscères vers le cœur. Le sang y circule à petite vitesse et sous basse pression c’est pour cette raison que le système veineux est également appelé système à basse pression.

Les caractéristiques de la PVC

Dans les conditions normales, la valeur de la PVC se situe entre 5 et 10 cm d’H2O. Elle est considérée comme un paramètre de surveillance de la volémie qui est le volume du sang circulant.

La mesure de la PVC

Actuellement, la mesure de la pression veineuse centrale est réalisée à travers un capteur de pression relié à un cathéter central placé dans une veine du territoire cave supérieure ( la veine jugulaire au niveau du cou ou bien la veine sous-clavière au niveau de la partie supérieure du thorax). Pour que la mesure de la pression veineuse soit bien corrélée à celle de l’oreillette droite, le bout du cathéter doit arriver jusqu’à l’abouchement de l’oreillette droite et sa position doit être contrôlée par une radiographie du thorax.

Avant, pour mesurer la pression veineuse centrale, on utilisait la méthode de la colonne d’eau, la PVC étant exprimée en centimètre d’eau. Pour la mesure, le cathéter central est relié à une colonne d’eau (un tube horizontal gradué en centimètres) au bout de laquelle existe une bille. Cette bille monte et descend selon la pression qui règne dans la veine centrale. Donc l’opérateur n’a qu’à lire la hauteur à laquelle s’arrête la bille.

Dans quelles conditions mesurer la PVC ?

Les états de choc (septique, cardiogénique, hemorragique…) sont la principale indication qui conduit à la mesure de la PVC dans les services de réanimation. Une hypovolémie, les brûlures, les vomissements importants, la déshydratation peuvent conduire à une diminution de la PVC. Tandis qu’une embolie pulmonaire, une tamponnade, un pneumothorax, une insuffisance cardiaque ou l’obstruction du cathéter engendrent une augmentation de la PVC.

Il faut toutefois savoir que cette mesure est de moins en moins réalisée devant le manque de fiabilité et de précision, l’absence de renseignement sur la fonction du cœur gauche et les complications qu’elle entraîne comme le risque thrombogène, infectieux, d’embolie gazeuse et de malposition du cathéter. On lui préfère actuellement la mesure de la PAPO : pression artérielle d’occlusion pulmonaire.

 

E.K.L