Plaies de la main : pas toujours bénignes

Plaie-main-Aid-El-IdhaParmi les accidents fréquents pendant Aïd El Idha, les plaies de la main sont en tête de liste. Ces plaies doivent être prises au sérieux car souvent derrière des lésions, en apparence bénignes, se cachent des blessures qui peuvent engager le pronostic fonctionnel de la main, le pronostic professionnel de la personne concernée et par conséquent un mauvais impact sur le plan socio-économique.

 

Un geste maladroit ou une faute d’attention et le pire pourrait survenir lors de l’abattage du mouton. La règle d’or, quelque soit la gravité du traumatisme est de ne pas paniquer. En effet, une angoisse démesurée peut nous entraîner inutilement dans un cercle vicieux qui ne fera qu’empirer la situation.

En cas d’accident, toutes les structures anatomiques de la main peuvent être touchées : la peau, les muscles, les tendons, les vaisseaux et les nerfs.

L’âge du patient et ses antécédents pathologiques, l’agent causal, le contexte de l’accident et son mécanisme, le délai écoulé entre l’incident, les thérapeutiques administrées et les éventuelles blessures anciennes de la main traumatisée sont autant des facteurs pronostics importants.

 

Que faire en cas de plaie de la main ?

 

Des mesures simples peuvent être appliquées en attendant de se rendre aux urgences les plus proches : il faut rincer abondamment la plaie avec du sérum physiologique. A défaut, l’eau est le seul remplaçant. Il est interdit d’utiliser des antiseptiques colorés ou non colorés. Ensuite, la blessure doit être couverte avec un pansement propre, le pansement doit être compressif (serré). Une compression manuelle intermittente est parfois nécessaire. Il est recommandé de surélever la main à l’aide d’une écharpe enroulée autour du cou, de rester à jeun et et surtout n’oubliez pas qu’il ne faut jamais prendre de médicaments en l’occurrence des antibiotiques de son propre chef.

Un cas particulier est celui de l’amputation d’un doigt ou plus ou au pire de toute la main. Sachez qu’un membre sectionné avec des lésions d’arrachage n’est pas bon candidat à la réimplantation. Le fragment sectionné doit être placé sur de la glace et non pas dans de la glace dans un récipient étanche. Il ne faut pas dépasser un délai de six heures entre l’amputation et la réimplantation.

 

La prise en charge médicale d’une plaie de la main

 

Seul le médecin spécialiste est habilité à décider de la nature de l’urgence en question : urgence imminente ou différée et du geste thérapeutique qui en découle. La prise en charge doit prendre en considération la profession et les besoins fonctionnels du patient.

 

Le dogme: Toute plaie de la main sur le trajet d’un nerf, vaisseau ou tendon doit être impérativement explorée au bloc opératoire.

Soyez prudents et Bon Aïd pour tous.

 

E.K.L