Pied diabétique, y a un nouvel espoir

Pied-diabetique-sante-tunisie-FranceLes chercheurs de l’université de Notre Dame ont pour la première fois identifié les enzymes nuisibles et celles bénéfiques pour la guérison de l’ulcération du pied diabétique.

Jusqu’au jour d’aujourd’hui, il n’existe pas de thérapeutique efficace pour le pied diabétique. Les recommandations actuelles sont d’ordre palliatif. Elles permettent de garder l’ulcération propre sans infection. Aux états unis, 66000 diabétiques par an subissent une amputation d’une partie du membre inférieur pour ulcération-pied diabétique non cicatrisée.

Une équipe de chercheurs du département de biochimie de l’université de Notre Dame ont analysé les métalloprotéinases dans les ulcérations de plaies de souris diabétiques et saines.

Les métalloprotéinases modulent la matrice extracellulaire des tissus lors du processus de cicatrisation.

Les chercheurs ont montré que la métalloprotéinase 9 MPP-9 est néfaste pour la cicatrisation de l’ulcération diabétique alors que la MPP-8 est bénéfique. Pr. Mayland Chang explique que l’avantage de leur découverte est d’offrir une stratégie de traitement de pied diabétique en utilisant les inhibiteurs de MPP-9. L’équipe a pu traiter 92% des souris en utilisant des inhibiteurs de MPP-9 et cela au bout de 14 jours.

L’étude est apparu au journal de la société américaine de Chimie : ACS Chemical Biology.

 

AK