Névralgie cervicale : la tendance côté maladie

Initialement l’apanage des sujets âgés, la névralgie cervicale est une pathologie qui se fraie un chemin à pas de géants chez les adolescents et les adultes jeunes. Si la principale cause chez les personnes de plus de 50 ans reste l’arthrose cervicale, on impute la névralgie cervicale du jeune à une activité sportive intense et aux mauvaises postures.

La névralgie est une douleur d’origine nerveuse. Le suffixe « algie » signifie douleur. Cette douleur peut se situer en n’importe quelle partie du nerf, de sa racine jusqu’à la zone qu’il innerve. Tous les nerfs peuvent être touchés par cette douleur, toutefois certains trajets nerveux sont une cible privilégiée de par leur emplacement qui les rend plus accessibles aux traumatismes plus que d’autres, les névralgies cervicales en font partie.

La névralgie cervicale est une douleur au niveau du cou en rapport avec l’irritation des nerfs situés à ce niveau. Lorsque cette irritation se prolonge le long des nerfs qui innervent le membre supérieur, la douleur se propage alors vers le bras, l’épaule et la partie supérieure du dos et l’on parle de névralgie cervico-brachiale ou « sciatique du cou » ou encore « sciatique du bras ». Le terme « brachial » fait allusion au bras. La névralgie cervicale et celle cervico-brachiale sont fréquemment associées.

 

Symptômes

Une douleur lancinante, vive et aigue est le symptôme principal. Elle est permanente, non calmée par le repos et aucune position ne peut la soulager. Un interrogatoire minutieux, un examen physique complet et éventuellement des examens complémentaires appropriés (radiographie du cou, IRM cervicale…) aideraient à préciser l’origine de la douleur.

La douleur tenace est également le maître symptôme dans la névralgie cervico-brachiale, à laquelle peuvent s’associer des sensations de fourmillements, d’engourdissements et, parfois même, une perte de la sensibilité au niveau de certains doigts. Cette douleur a la particularité d’être migratrice et difficile à localiser.

 

Causes

En plus des deux principales causes citées ci-dessus que sont l’arthrose et la hernie discale, il n’en reste pas moins que l’origine infectieuse, inflammatoire, un diabète mal équilibré ou encore une compression d’origine néoplasique représenteraient des étiologies à rechercher en présence de signes d’orientation.

Les attitudes posturales vicieuses adoptées au bureau ou devant son ordinateur seraient également pourvoyeuses de névralgie cervicale particulièrement chez les jeunes. En effet, ces postures soumettraient les articulations du cou ainsi que les ligaments et les muscles à des tensions importantes pendant de longues périodes. Ces poids extrêmes inéquitablement répartis entre ces différentes structures seraient à l’origine de la douleur. Cette dernière pourrait ne pas être ressentie au moment même mais après quelques jours.

 

La prise en charge thérapeutique

La consultation d’un spécialiste est impérative en cas d’apparition des douleurs.

Certaines règles sont à suivre en cas d’apparition de névralgie cervicale, en l’occurrence : le repos en position allongée pourrait décharger la tension subie par le cou en utilisant un oreiller adéquat. Il est également conseillé d’immobiliser le cou par une minerve. L’association avec des médicaments antalgiques (anti-douleurs) et des anti-inflammatoires serait bénéfique. En cas de névralgie cervico-brachiale, il est souhaitable de mettre au repos le bras concerné. Des séances de kinésithérapie peuvent s’avérer parfois nécessaires.

Le traitement de l’étiologie est, bien entendu, fondamental s’il y en a une qui a été identifiée tel qu’une origine infectieuse ou néoplasique ou équilibrer un diabète.

 

E.K.L