Les premiers gestes à entreprendre après une « zanzana »

Mais qu’appelle t-on une intoxication par l’oxyde de carbone

L’intoxication par l’oxyde de carbone est, la plupart du temps, le résultat d’inhalation et l’absorption par les voies respiratoires d’émanations d’appareils de chauffage dont le tirage n’est pas suffisant.

L’intoxication par l’oxyde de carbone peut, également, être le résultat d’absorption de fumée d’incendie ou faire suite à une exposition dans le cadre d’une profession, c’est le cas par exemple des égoutiers ou des soudeurs entre autres.

Il est utile, toutefois, et pour mieux  comprendre la physiopathologie de l’intoxication de l’oxyde de carbone, autrement dit son mécanisme, de connaître certaines données à propos de ce type de gaz.

En effet, il s’agit d’un gaz incolore, inodore légèrement plus léger que l’air Il est produit lorsque le charbon se consume mais de manière incomplète. Il est bien évident que toutes les substances contenant du charbon ou toute autre substance carbonée quand elles se consument, sont susceptibles de produire de l’oxyde de carbone.

Bon à savoir que ce gaz est présent, aussi, dans le gaz d’éclairage, les gaz d’échappement des moteurs à l’explosion, à titre d’exemple les voitures, les camions et les motos. Ils peuvent se retrouver, également, dans l’atmosphère en provenance des fumées et des hauts-fourneaux.

 

Les principaux signes de l’intoxication

Ces signes dépendront de la quantité de toxique inhalé, de l’activité physique de la victime et de sa sensibilité individuelle. On citera, entre autres :

-Maux de tête, nausées, vomissements, fatigue.

 -Troubles de la conscience et de la mémoire, vertiges, convulsions voire coma

-Fièvre, pâleur, sueur et cyanose fréquentes

-Accélération du rythme des battements du cœur et augmentation de la tension artérielle

Mais quels gestes faut-il avoir d’urgence, pour éviter les conséquences fâcheuses, voire tragiques, en cas d’intoxication par oxyde de carbone ?

En effet, la rapidité de la réaction permet une meilleure précocité et une plus grande efficacité quant au traitement et au conditionnent du pronostic.

-Tout sujet présumé intoxiqué à l’oxyde de carbone doit être, immédiatement, sorti de la pièce où il se trouve pour être placé dans un endroit bien ventilé et mieux aéré afin qu’il soir en sécurité.

Par ailleurs, toutes les personnes qui se trouvent dans le même local que l’intoxiqué sont supposées, elles aussi, intoxiquées, même si leur symptomatologie est discrète, voire inapparente. Elles doivent donc être soumises au même traitement.

-Commencer les gestes de survie, en l’occurrence la  ventilation par bouche à bouche. Mais si la respiration est nulle, irrégulière ou insuffisante, il serait bon de recourir, éventuellement, à un massage cardiaque externe.

-Autre élément essentiel du traitement consiste en la  mise en œuvre, sans délai, de l’oxygénothérapie normobare à 100% au masque. Cette opération doit être poursuivie, au moins, pendant six heures.

 

M.B.H