Doliprane

Publicité

Les maladies respiratoires à l’enfance et leurs répercussions à l’âge adulte

Maladies

Selon les résultats d’une étude réalisée par une équipe de chercheurs de l’University of eastern Finland,  les personnes qui ont eu une bronchiolite durant leurs enfances, présentent un risque accru d’asthme à l’âge de 28-31 et une mauvaise qualité de vie liée à leur état de santé. Des tests de la fonction pulmonaire, ont également démontré des changements indicatifs d’obstruction irréversibledes voies respiratoires.

L’étude s’est basée sur les données initiales de la thèse de doctorat de Katri Backman, recueillies entre 1981-1982 et  impliquant des enfants de moins de deux ans dont 83 diagnostiqués d’une  bronchiolite et 44 enfants avec une pneumonie. Les virus qui causent les infections ont été analysés à partir d’échantillons de sécrétion du nasopharynx.

En 2010, ces anciens patients dont 48 ayant eu une bronchiolite, 22 patients atteints de pneumonie et 138 de contrôles,  ont été invités à l’âge de 28-31, à une étude clinique de suivi. En plus d’un questionnaire respiratoire dit Saint George (SGRQ) utilisé pour évaluer la qualité de vie liée à la santé, les participants ont subi un examen médical clinique, des tests cutanés, des mesures de l’oxyde nitrique, un débit expiratoire de deux semaines de pointe (DEP) de surveillance, et un test de spirométrie avec une bronchodilatation (BD).

L’analyse de ces données a démontré que l’asthme a été diagnostiqué chez 31 pour cent du groupe de bronchiolite, 9% neuf pour cent du groupe de  pneumonie, et dans 11% pour cent du groupe de contrôle.

Ainsi  la prévalence de l’asthme était significativement plus élevée dans le groupe de bronchiolite que dans les autres groupes. De même qu’elle était plus élevée chez les personnes qui ont souffert d’une infection des voies respiratoires inférieures causées par le VRS avec une respiration sifflante par rapport  aux  autres groupes.

La fonction pulmonaire mesurée par spirométrie était plus faible chez les personnes qui avaient eu une bronchiolite que chez  leurs  paires. Les scores SGRQ des groupes de bronchiolite et de  pneumonie étaient plus élevés que ceux des témoins, indiquant une faible qualité de vie à l’âge adulte liés à la santé en raison des symptômes respiratoires et des dommages y associés.

L’étude a montré sur la base d’une analyse prospective que la majorité des adultes qui ont eu à l’enfance, une infection des voies respiratoires inférieures sont sans symptômes. Toutefois, le risque d’asthme est élevé à l’âge de 28-31chez les personnes qui ont souffert d’une bronchiolite ou d’une infection des voies respiratoires inférieures causée par le VRS avec une respiration sifflante durant leur enfance.

B.H.S

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée.Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*

Lost Password