Les douleurs des enfants et adolescents par Dr Valérie Guillouf

Les douleurs des enfants et adolescents par Dr Valérie Guillouf

Un entretien avec le Dr Valérie Guillouf, psychiatre-pédopsychiatre au centre d’évaluation et de traitement de la douleur (CETD) au CHU de Caen, paru dans la revue « Douleurs Évaluation-Diagnostic-Traitement » en septembre 2014, s’est intéressé aux douleurs des enfants et adolescents.

Nous avons décidé de vous en faire un résumé dans le but de mieux comprendre et identifier les complaintes de votre progéniture.

Les types de plaintes douloureuses les plus récurrentes en consultations sont les algodystrophies (douleurs associées à des problèmes de vasomotricité consécutives à un traumatisme ou une intervention chirurgicale), les céphalées, les douleurs abdominales, les douleurs dorsales, etc., les migraines et les douleurs musculo-squelettiques apparaissant préférentiellement chez les adolescentes. L’échelle visuelle analogique (EVA) et l’échelle verbale simple (EVS) sont utilisées pour noter la douleur et les émotions. D’autres échelles plus spécifiques, comme le questionnaire DN4, un outil de dépistage des douleurs neuropathiques, existent aussi. Nous avons appris que la douleur de l’enfant bouleverse la relation parents-enfants, c’est pour cela qu’il faut intégrer la famille dans la prise en charge de la douleur. Il existe aussi un lien entre les plaintes douloureuses connues chez les parents et celles de leurs enfants, surtout en cas de migraine et de fibromyalgie (syndrome caractérisé par des douleurs disséminées dans tout le corps) et plus largement en cas de douleur chronique. L’hypnose a fait ses preuves dans le traitement de fond de la migraine de l’enfant tandis que la méditation est plus tournée vers les troubles anxieux. Comme chez l’adulte, la kinésiophobie (peur du mouvement) et le catastrophisme (le patient se focalise exclusivement sur les aspects aversifs et négatifs de son expérience douloureuse), sont des facteurs de risque de chronicisation de la douleur chez l’enfant. Les traitements médicamenteux de la douleur chez l’enfant sont très compliqués à mettre en place : les médicaments sont presque toujours hors AMM et le conditionnement n’est pas adapté à l’enfant. Par exemple pour le traitement des douleurs neuropathiques, des antalgiques de palier II comme le tramadol ou des antiépileptiques sont utilisés selon les cas. Il faut savoir que les troubles du sommeil sont à surveiller de très prés, ils sont liés aux troubles douloureux chroniques comme chez l’adulte. Une collaboration étroite est nécessaire entre le personnel infirmier, les neurologues, les rhumatologues, les anesthésistes, les pédiatres, les psychologues, les psychomotriciens et les kinésithérapeutes pour un traitement efficace de la douleur. Pour finir, une information primordiale à ne pas sous estimer : le port du cartable est un véritable problème concernant la douleur du dos. C’est pour cela qu’il est vivement conseillé d’obtenir un double jeu de livres (un au domicile, l’autre à l’école) ou un casier et d’utiliser un ascenseur.

K.L