Les chiens, des détecteurs prometteurs du cancer de la prostate

chien-detecteur-cancer-prostate-santeDans une récente présentation à la réunion annuelle de l’Association américaine d’urologie, le Dr Gianluigi Taverna a présenté des résultats expérimentaux intéressants qui pourraient révolutionner la façon dont le cancer de la prostate est diagnostiqué.

Une méthode qui consiste à utiliser des chiens ayant une formation spécialisée à sentir littéralement le cancer de la prostate dans des échantillons d’urine.

Le Cancer de la prostate est la deuxième cause de décès chez les hommes de plus de 50 ans ; quand le cancer de la prostate est suspecté, une biopsie est souvent effectuée pour confirmer la présence d’un cancer.

Chaque année aux États-Unis plus d’un million de biopsies de cancer de la prostate sont effectuées, et environ  le quart de ce nombre se  révèle positif. Bien que l’anesthésie soit utilisée, cette procédure peut être inconfortable au mieux pour certains elle peut être très douloureuse.

Pour leur expérience, le Dr Taverna et ses collègues de l’Hôpital Humanitas à Milan, en Italie ont recueilli des échantillons d’urine de plus de 600 hommes dont  la moitié avait un cancer de la prostate à divers stades, tandis que l’autre moitié constituait  un groupe témoin.

Deux chiens berger allemand femelles qui avaient été formés dans la détection de composés organiques volatils (COV : nom générique donné à l’ensemble des molécules contenant un atome de carbone, caractérisées par une grande volatilité  et réputée cancérigène) ont reniflé chaque échantillon d’urine  dans un test à l’aveugle c’est à dire qu’aucun des chercheurs ne savait au cours de l’expérience si les échantillons étaient positifs.

Les chercheurs ont constaté que les chiens étaient capables de détecter correctement le cancer de la prostate dans les échantillons avec un pourcentage  de précision atteignant 98 %.

Dr Taverna résume: « La présente étude démontre d’abord que le système olfactif canin formé, détecte spécifiquement les COV du cancer de la prostate, dans les échantillons d’urine d’un grand nombre de patients atteints à différents stades, ce qui est impensable en clinique actuelle de pratique de l’urologie. Grace au flair et à l’intuition avancé des chiens nous avons définitivement prouvé ce qui semblait être  un mythe en une réelle opportunité clinique « .

Cette technique de diagnostic s’avère très prometteuse  et peut d’ores et déjà réduire le stress physique et éviter  l’inconfort de dépistage du cancer de la prostate.

B.H.S