Le traitement du cancer : peut être qu’on n’est plus très loin du but

Les cancers se développent souvent à cause de l’incapacité du système immunitaire, plus particulièrement de cellules dites lymphocytes T, à faire face et à détruire les cellules cancéreuses.

Pour remédier à cette insuffisance, une équipe de scientifiques de l’Université du Maryland à Baltimore, à procédé à la modification génétiques des cellules immunitaires T avant de les réinjecter chez 13 personnes atteintes d’une forme particulière de cancer du sang appelé myélome.

Ces cellules immunitaires modifiées ont ainsi pu reconnaître uniquement les cellules cancéreuses qu’elles ont détruites. Les patients ont aussi, en plus de ce traitement, reçu les thérapeutiques usuelles dont le but est d’augmenter le taux des globules blancs.

Trois mois après l’expérimentation, 10 des treize personnes (77%) étaient en rémission et les trois restants montraient une disparition plus lente mais non moins spectaculaire des cellules cancéreuses.

Le traitement standard du myélome donne une réponse positive dans 33 à 69% des cas tandis qu’avec cette technique, toutes les personnes malades  ont montré une réponse positive et une amélioration de leur état de santé.

Selon ces résultats encourageants, l’équipe a traité 13 autres personnes ayant un myélome et espère traiter d’autres types de cancers.

Ces résultats ont été présentés lors du meeting annuel de l’« American Society of Hematology » à Atlanta en Géorgie.

 

E.K.L