Le méningocoque : Neisseria meningitidis

meningocoque-sante-bacterie-meningite-pediatrie-enfantNeisseria meningitidis, plus connu sous le nom de méningocoque, est une bactérie à gram négatif appartenant au genre des Neisseria. Elle fut découverte par le medecin Autrichien  anton Weichselbaum en 1887.

C’est  une bactérie fragile, craignant le froid et les variations de pH, sa culture est délicate (aérobiose, 37°C, pH 7,3) ; c’est un diplocoque disposé en « grains de café ».

Parasite strict de l’homme, il est présent chez plusieurs personnes au niveau du nez et de la gorge ou il se trouve à l’état commensal, sans entrainer de maladie (porteurs sains), chez environ 10 à 25 % de la population ; mais il peut dans certains cas envahir le système immunitaire et  engendrer ainsi deux maladies graves parfois fatales, à savoir la méningite et la septicémie.

La méningite à méningocoque est une infection des méninges (les membranes qui enveloppent le système nerveux central) qui peut causer de graves lésions cérébrales et se révéler mortelle dans 50% des cas si elle n’est pas traitée (OMS).

La transmission du parasite se fait  par des gouttelettes de salive, (par le biais de la toux) et par l’échange de sécrétions respiratoires.

Il existe 12 sérogroupes de Neisseria meningitidis, dont 6 sont connus pour provoquer des épidémies (A, B, C, W135, X et Y).

Selon l’OMS, C’est dans la « ceinture de la méningite », qui s’étend en Afrique sub-saharienne du Sénégal à l’ouest jusqu’à l’Éthiopie à l’est, que l’on enregistre les taux les plus élevés de prévalence de cette maladie.

La septicémie à méningocoque est provoquée par la dissémination de la bactérie dans tout l’organisme, engendrant une infection généralisée du sang et des différents organes.

La méningite et la septicémie à méningocoque sont des maladies qui évoluent très rapidement, elles doivent, de ce fait, toujours être considérées comme des urgences médicales.

B.H.S