Le frottis cervico-vaginal : efficacité confirmée pour le dépistage du cancer du col de l’utérus

Le dépistage du cancer du col de l’utérus est rentable et efficace sur l’amélioration du taux de guérison et de survie. Ces données, tant discutées, sont actuellement confirmées. Une étude suédoise récente vient corroborer ces énonciations.

Ce travail a inclus 1230 patientes atteintes d’un cancer du col utérin et qui ont été suivies pendant 8,5 ans en moyenne. Les auteurs de l’étude ont constaté que les femmes chez qui le diagnostic du cancer du col de l’utérus a été fait suite à un dépistage avaient un meilleur pronostic que celles chez qui le dépistage n’a pas été fait.

La survie à 5 ans des femmes du premier groupe était de 95% alors qu’elle est de 69% chez les femmes n’ayant pas bénéficié d’un dépistage systématique. Après traitement, le taux de guérison s’il ya eu dépistage était de 92% contre 66% en son absence.

La nette amélioration relative aux taux de guérison et de survie était même évidente chez les femmes dont le cancer a été découvert dans l’intervalle entre deux frottis par rapport à celles qui ont laissé passer la date de leur dernier frottis.

 

Rappelez-vous donc qu’un frottis cervico-vaginal (FCV) est un test simple et inoffensif capable de diagnostiquer le cancer du col utérin encore asymptomatique, car plus de 75% des femmes qui décèderaient de ce cancer n’avaient pas fait le FCV dans les délais recommandés.

 

E.K.L