Le chalazion (ch’îra), un mal anodin, mais enquiquinant !

Il y en de ces maladies très peu connues et qui, pourtant, existent bel et bien. Et quand cela touche les yeux, il y a de quoi être doublement inquiet. La conjonctivite, même si elle est enquiquinante et nécessite un traitement assez long sans oublier le fait qu’elle oblige la personne qui en est atteinte à être presqu’en quarantaine étant donné le caractère contagieux de cette maladie.

Mais il n’y a pas que la conjonctivite qui peut frapper les yeux, un autre mal, bien étrange celui-là, qui peut atteindre l’œil. Il s’agit d’un mal indolore, mais assez laid. Cela commence par une démangeaison des yeux avant qu’une sorte de boule ne commence à pousser.

Si on n’y prend pas bien garde et en dépit de certains soins de routine, il suffit de quelques jours pour que la boule devienne énorme et se transforme en une protubérance très moche à voir. C’est rouge et très laid. Eh bien c’est ce qu’on appelle le « chalazion ». Qu’est-ce que c’est au juste ?

Le chalazion se définit par l’inflammation et l’enkystement d’une ou plusieurs glandes de Meibomius au niveau de la paupière. Il forme une petite boule assez dure située sous la peau. Ce n’est que très rarement douloureux, mais l’infection est possible.

Si le chalazion devient assez important, il peut agir avec une certaine pression sur la cornée, déformant le globe oculaire et rendant la vision de plus en plus floue.

 

Quels symptômes et quels traitements ? 

Pour les symptômes, on peut citer les plus connus, à savoir :

  • Le gonflement de la paupière avec douleur associée ou non (un chalazion est généralement sans douleur alors qu’un orgelet est plus délicat et donc plus sensible);
  • La sensibilité à la lumière;
  • Les larmoiements excessifs.

Quant aux traitements, on peut dire qu’ils sont assez simples. En effet, avec des compresses chaudes, les orgelets ou chalazions disparaissent au bout de quelques semaines. Des pommades antibiotiques ou des gouttes et, plus rarement, des gélules peuvent également être prescrites.

Toutefois, si un chalazion ne disparaît toujours pas au bout d’un mois de traitement, on aura recours alors à une intervention chirurgicale mineure. Il arrive aussi que l’on injecte des stéroïdes ayant un effet dissolvant. En outre les orgelets peuvent être drainés chirurgicalement mais cette technique est rarement nécessaire.

 

La prévention, toujours la prévention

Et comme d’habitude, rien ne vaut la prévention pour éviter les tracasseries. A ce propos, on conseille une hygiène oculaire consciencieuse pour prévenir les orgelets ou les chalazions. Il faut donc laver la paupière quotidiennement à l’eau claire et au shampooing pour bébé dilué, appliqué à l’aide d’un coton tige.

Les compresses sont indispensables pour un traitement efficace. Aux premiers signes d’irritation de la paupière, appliquer immédiatement des compresses chaudes. Généralement on conseille de conserver les compresses 15 minutes et de répéter l’opération 4 fois par jour. Un orgelet se détruira progressivement.

Mais en tout état de cause, il vaut mieux consulter le médecin dans le cas où l’orgelet ou le chalazion cause un mauvais confort visuel ou une gène réelle, sans signe d’amélioration ou avec aggravation ou encore si les symptômes sus-indiqués, s’accompagnent de fièvre.

 

H.N