La vitamine B pourrait ralentir la progression de l’Alzheimer

La vitamine B pourrait ralentir la progression de l’Alzheimer

L’homocystéine est un acide aminé issu du métabolisme des protéines, notamment les protéines animales. Il a été prouvé que des taux élevés d’homocystéine dans le sang seraient un facteur de risque de la maladie d’Alzheimer et qu’une supplémentation en vitamine B pouvait aider à réduire le taux sanguin de l’homocystéine. Mais on ne savait pas, si par ce fait, la vitamine B aidait ou non à ralentir la progression de la détérioration des fonctions cognitives chez les patients.

Pendant deux ans, Dave Smith et Gwenaelle Douaud de l’université d’Oxford ont fait faire une IRM pour 200 personnes âgées qui souffraient d’une détérioration modérée de leurs fonctions cognitives. La moitié de cet échantillon avait reçu de la Vit B6, la Vit B12 et de l’acide folique avec des doses quotidiennes nettement supérieures aux recommandations et l’autre moitié avait reçu du placebo.

Smith et son équipe ont conclu que l’apport de doses importantes de VitB aidait à réduire le risque de la dégradation des fonctions du cerveau, et ce jusqu’à 53% chez les patients ayant des taux sanguins d’homocystéine supérieures à la moyenne.

Les scientifiques ont, par ailleurs, constaté que les aires cérébrales les plus touchées lors de la maladie d’Alzheimer dont l’Hippocampe et le cervelet, seraient celles qui seraient protégées par la supplémentation vitaminique B.

Actuellement et chez les personnes ayant des taux élevés d’homocystéine, le taux d’atrophie dans ces régions du cerveau  frôle les 5,2% dans le groupe placebo contre seulement 0,6% dans le groupe « vitaminé ».

Si Simon Ridley de l’Institut Britannique de Recherche sur l’Alzheimer dit que d’autres essais sont nécessaires pour établir la relation entre cette maladie et l’apport en Vit B, de son côté, Dave Smith rapporte qu’étant un produit anodin, la Vit B pourrait être prescrite aux personnes à haut risque d’Alzheimer en tant que thérapeutique préventive.

 

Ce papier a été publié dans « Proceedings of the National Academy of Sciences ».

 

E.K.L