La syncope, une perte de connaissance brutale

perte-de-connaissance-santeEn général sans gravité, la syncope, peut cependant entraîner la mort par noyade aussi bien en piscine qu’en mer, c’est pour cela qu’elle est l’ennemi juré des apnéistes.

La syncope, qui est un symptôme et non une maladie, est définie comme une perte de connaissance, brutale, de durée généralement brève, s’accompagnant d’une perte du tonus postural et en général avec un retour rapide à un état de conscience normal. Une hypoperfusion (diminution de débit sanguin) cérébrale globale et passagère, y est imputée.

 

Les causes sont variables. On peut citer la syncope réflexe, qui englobe la syncope vasovagale, la syncope par hypersensibilité du sinus carotidien et la syncope situationnelle (toux, éternuements, déglutition, défécation, miction, manœuvre de Valsalva, etc.), les syncopes dues à une hypotension orthostatique où le système nerveux autonome n’arrive pas à maintenir des résistances vasculaires suffisantes surtout lors du passage de la position couchée à la position debout et les syncopes cardiaques, cardio-vasculaire ou vasculaire caractérisée par une cardiopathie ou maladie cardio-pulmonaire structurelle et les troubles du rythme (arythmies).

Le diagnostic étiologique de la syncope est souvent difficile, une véritable investigation policière doit être mise en place. Un interrogatoire, un examen clinique (recherche de cardiopathie, prise de tension artérielle, examen neurologique, etc.) et un électrocardiogramme (ECG) constituent les premières étapes de son diagnostic. Si le diagnostic n’est toujours pas établi, une deuxième étape utilisant des méthodes non invasives comme l’échocardiographie trans-thoracique, le Holter ou enregistrement ECG de longue durée, l’enregistrement volontaire séquentiel, le test d’inclinaison et le doppler transcrânien, peuvent être utilisés pour améliorer le diagnostic.

La syncope est à différencier de la lipothymie, qui a la même physiopathologie mais qui est plus fréquente et sans perte de conscience vraie.

K.L