La morphine après chirurgie abdominale plutôt algique qu’analgésique !

morphine-apres-chirurgie-sante-analgesie Administrer la morphine après la chirurgie abdominale pour faire face à la douleur postopératoire peut paradoxalement prolonger la souffrance du patient. Ce sont les résultats d’une recherche récemment publiée par l’université du Colorado.

Les scientifiques ont trouvé que la morphine et la chirurgie elle-même excitent les cellules gliales du système nerveux les poussant à envoyer des signaux douloureux supplémentaires aux celleules environnantes.

« Après chirurgie abdominale, même sans thérapeutique antidouleur, les cellules gliales sont activés et causeront une douleur postopératoire explique Pr. Peter Grace. » «  On sait actuellement que la morphine aussi agit sur ces cellules et contribuent à la douleur. L’idée est que l’association de ces deux sources d’excitation prolonge la période de la douleur, continue Pr. Grace »

Des études précédentes ont montré que la morphine tout en étant un puissant antalgique, il peut fonctionner contre lui-même. Elle se lie à un récepteur sur les neurones permettant d’assourdir la douleur mais les scientifiques savent maintenant qu’elle se lie à des récepteur sur les cellules gliales du cerveau dits TRL4 ce qui intensifie la douleur.

Dans cette étude, les chercheurs ont administré de la morphine à des souris pendant 2 semaines avant une intervention pour traiter une douleur préexistante.  Ces souris ont eu une rémission de la douleur postopératoire au bout de 6 semaines alors que celles n’ayant pas reçu de morphine ont récupéré en 2 semaines. Dans un deuxième temps, les souris traitées par morphine pendant une semaine en postopératoire ont dépassé la douleur au bout de 4 semaines en comparaison avec 2 semaines pour le groupe de contrôle.

Pr. Grace explique que leurs expériences ont permis de conclure que l’administration de morphine prolongeait la période douloureuse après l’arrêt du traitement.

Etude présentée au congrès annuel de la société américaine de neuroscience.

AK