La Grippe : Levons le voile sur le virus et le vaccin

La grippe A H1N1, (porcine), a été, dans un passé récent, l’emblème d’une véritable situation chaotique… Pourtant elle n’est en rien plus dangereuse que la grippe annuelle ! Deux ans après, le sujet est quasiment jeté aux oubliettes. Et bon nombre de personnes, de par le monde, méconnaissent toujours la grippe… Ils n’en connaissent pas mieux la composition du vaccin et son efficacité réelle. C’est pourtant la période des vaccins antigrippe. Et il est temps de lever le voile sur cette maladie ! Tour d’horizon.

Un petit zoom en arrière nous reflète une image quasi dramatique : Durant la saison hivernale de 2009, une grande panique s’est emparée de toute la population de la planète à cause du tapage qui a eu lieu autour de la grippe H1N1. Certains assimilaient même cette situation aux prémices d’une « apocalypse » qui traquerait l’Homme jusqu’à sa mise à mort…

Et même si la grippe porcine ne semble plus faire partie de nos soucis majeurs à présent, il serait temps qu’on perce dans le sujet ! Car, à tort et dans notre langage commun, on a tendance à « baptiser » plusieurs maladies de la sphère ORL notamment le rhume, l’angine, la pharyngite et la laryngite, hâtivement et injustement sous le nom de la grippe !! Souvent, on entend parler de gens « grippés », alors qu’en réalité, ils souffrent d’une autre maladie, qui elle, ne nécessite pas de vaccination et qui n’est pas aussi frappante et virulente que la grippe. Cette dernière peut en effet être mortelle… Et si la grippe porcine a créé une véritable phobie chez les humains, la grippe communément connue n’a pas fait moins de ravage pour autant !

Au contraire, l’OMS parle même d’un nombre fatidique : La grippe saisonnière provoque, en effet, entre 250 000 à 500 000 décès par an dans le monde! Alors que celle porcine n’a fait que 10 000 victimes par an! De fait, la grippe proprement dite est une maladie mal connue ! Certains croient même que le vaccin antigrippe les protégerait contre les rhumes, les rhinopharyngites : Erreur ! Alors détrompons-nous !

Qu’est-ce que la grippe et comment s’en prémunir ? C’est ce qu’explique justement le Dr Saïda Ben Rejeb : « La grippe (ou Influenzavirus) se divise en trois types appelés Grippe A, B et C.  Les virus, actuellement en circulation et qui sont pathogènes pour l’homme, appartiennent à deux groupes, A et B. Ils sont en effet responsables des épidémies grippales annuelles, ce qu’on appelle la grippe saisonnière. Mais seuls les virus de type A sont à l’origine des pandémies (épidémies à l’échelle mondiale). Les virus de type A sont effectivement les plus fréquents et les plus virulents. On en distingue plusieurs sous-types sur la base de leurs antigènes de surface, notamment les hémagglutinines (appelés H) et les neuraminidases (appelés N).

Ces virus évoluent sans cesse par des mutations de gènes codant pour ces protéines de surface et provoquent des modifications mineures du virus permettant de distinguer différents sous-types (H1N1, H2N2, H3N2).

Cela dit, la grippe est une maladie hautement contagieuse. En effet, le virus peut se transmettre d’un sujet infecté à un sujet sain par le simple contact d’une poignée de main, par la pulvérisation lors d’un éternuement… L’écoulement nasal et les gouttelettes de salive transmises sous forme d’aérosols au cours de l’éternuement et de la toux peuvent en effet passer facilement le virus d’un sujet atteint à son entourage…

Les conséquences de la grippe peuvent être dangereuses voire fatales pour certaines catégories de la population. Et c’est à ces derniers que le vaccin est vivement recommandé. La vaccination constitue, de fait, le meilleur moyen de protection contre la grippe saisonnière. »

Le vaccin antigrippe : qu’est-ce que c’est, pour qui et pourquoi ?Et au au Dr Ben rejeb d’ajouter : « Le vaccin antigrippe le plus commun est sous forme d’une suspension de particules virales inactivées et purifiées qui offre une protection contre les trois souches virales. On parle dès lors d’un « 3 en 1 ». Dans la majorité des cas, il comporte des particules de deux sous-types de virus influenza A et d’un sous-type de virus influenza B. Sauf qu’il faut savoir que les modifications génétiques continues des virus grippaux imposent d’ajuster chaque année la composition du vaccin de façon à le rendre plus efficace en y introduisant les souches les plus récentes en circulation.

En effet, le réseau mondial de l’Organisation mondiale de la Santé pour la surveillance de la grippe établit chaque année la composition du vaccin. Il rassemble 112 centres nationaux de la grippe dans 83 pays et il est chargé de contrôler les virus en circulation chez l’homme et d’identifier rapidement les nouvelles souches. Sur la base des informations recueillies par le réseau, l’OMS recommande chaque année la composition du vaccin pour qu’il soit efficace contre les trois souches les plus récentes en circulation. En Tunisie, le centre national de surveillance de la grippe se trouve au laboratoire de Microbiologie de l’Hôpital Charles Nicolle de Tunis dirigé par Dr Amine Slim. »

Le vaccin assure une protection uniquement contre la grippe

Chez plusieurs personnes, il existe une grande confusion quant au vaccin antigrippe. De fait, en se faisant vacciner, on croit que l’on est immunisé contre toutes les maladies hivernales. C’est faux ! Le vaccin n’assure qu’une protection contre la grippe. C’est ce qu’explique d’ailleurs Dr Ben Rejeb : « Pour éclairer la lanterne du citoyen lambda, je dois dire et d’emblée que le vaccin antigrippe, comme son nom l’indique assure uniquement une protection contre la grippe. Il ne protège pas contre les infections respiratoires causées par d’autres virus. Cela dit, la vaccination doit être faite au moins deux semaines avant le début de la saison grippale (à l’approche de l’hiver). En Tunisie le pic de la grippe se situe autour du mois de Janvier. Il est en outre nécessaire de se refaire vacciner chaque année en raison de la modification du virus d’une année à une autre. Comme on la expliqué plus haut, cette modification entraîne une composition différente du vaccin.

La vaccination est possible pour tous les individus à partir de l’âge de six mois. Mais elle est spécialement recommandée pour les personnes à risque : les sujets âgés  (65 ans et plus), les sujets atteints de certaines maladies chroniques notamment les pathologies respiratoires dont les asthmatiques. »

  

Dr Saïda Ben Rejeb

Professeur en Microbiologie 

Faculté de Médecine de Tunis