Il était une fois… la thyroïde

Il était une fois… la thyroïde

La fonction princeps de la glande thyroïde est la synthèse, le stockage et la libération des hormones thyroïdiennes qui sont appelées T3 et T4. Ces hormones, déversées dans le courant sanguin, seront fixées à des protéines pour être transportées à leurs sites d’action. L’iode, provenant de l’alimentation, est la matière première pour la synthèse des hormones thyroïdiennes. Toute carence en iode peut donc entraîner un dysfonctionnement thyroïdien (dysthroidie) et retentir sur le fonctionnement correct de l’organisme.

Par ailleurs, la thyroïde secrète une autre hormone impliquée dans le métabolisme du calcium appelée la tyrocalcitonine.

Le fonctionnement de la glande thyroïde est lui-même soumis à un contrôle cérébral par l’intermédiaire de deux structures que sont l’hypophyse et l’hypothalamus.

 

Rôle des hormones thyroïdiennes

Le système nerveux central et les os sont leurs sites privilégiés d’action. En effet, ces hormones contribuent à la mise en place des connexions entre les neurones (cellules cérébrales) et leur maturation durant les premiers mois de la vie. Sur le squelette, leur impact est fondamental sur la différenciation, la croissance et la maturation osseuse.

En outre, ces hormones sont hyperglycémiantes, hypochlestérolémiantes, augmentent la synthèse des protéines et interviennent dans la régulation de la température du corps humain.

Par ailleurs, les hormones thyroïdiennes régulent la fréquence cardiaque, facilitent le transit digestif et contrôlent le métabolisme du fer et la contraction musculaire.

Toute dysthyroidie (hypothyroïdie ou hyperthyroïdie) est susceptible d’engendrer des conséquences désastreuses sur le fonctionnement des organes et sur le développement mental notamment des enfants.

  

E.K.L