E. coli : l’énigme de son pouvoir parfois mortel !!

La plupart des souches de la bactérie E. coli sont inoffensives et vivent dans les intestins des êtres humains et des animaux sans causer de maladie. 

Toutefois, une nouvelle étude génétique anglaise vient de révéler qu’une souche de E. coli, la E. Coli O157, est devenue source d’infections potentiellement mortelles au Royaume-Uni Depuis qu’elle a acquis il y environ 30 ans une toxine très puissante.

Les scientifiques sont persuadés que les résultats de leur recherche montrent que les bactéries E. coli O157 continuent à évoluer et doivent être étroitement surveillées car elles peuvent produire des molécules appelées « shiga-toxines », lesquelles sont liées aux infections humaines les plus graves.

Les souches qui sont responsables de la majorité des maladies graves au Royaume-Uni, produisent deux types de shiga-toxines : stx1 et stx2a.

Une équipe de chercheurs de l’Université d’Édimbourg a réussi à décodé les séquences génétiques de plus de mille échantillons de E. coli O157 recueillis à partir d’infections humaines et animales enregistrées durant les 30 dernières années.

Leur analyse révèle que l’ancêtre d’E. Coli O157, a été environnant  depuis plus de 175 ans, et la plupart des souches ancestrales portent seulement la toxine stx1 ; Mais il y a environ 60 ans, certaines  de ces souches ont commencé à acquérir la stx2a.

Au Royaume-Uni, les souches dangereuses de E. coli O157 qui ont causé la plupart des maladies, ont acquis la stx2a il ya environ trois décennies, lorsque des épidémies d’intoxication alimentaire grave ont commencé à apparaître.

Certaines des infections les plus récentes sont causées par des souches de E. coli O157 qui transportent seulement stx2a. Les premières données suggèrent que ces souches peuvent être encore plus dangereuses de nos jours.

Les vaches représentent la principale source de E. coli O157 même si elles ne manifestent aucun signe de maladie. Les animaux qui sont infectés par des souches qui produisent la stx2a, excrètent des niveaux élevés de bactéries dangereuses dans leur fumier, ce qui contribue à propager l’infection entre les animaux et augmente le risque de transmission de la bactérie à l’homme.

Le Professeur David Gally, de l’Université d’Edimbourg, a déclaré que les apparitions d’E coli dangereuses restent, heureusement, relativement rares ;  « Notre recherche souligne la nécessité d’étudier le code génétique des souches qui causent des infections chez les humains et de celles qui peuvent être présentes dans les animaux d’élevage. »

Il a rappelé que les Bonnes pratiques d’hygiène peuvent  aider à minimiser le risque de ces infections et d’autres  plus graves, et que « Le défi de nos travaux futurs  consiste à comprendre, comment ces souches toxiques  persistent dans les herbivores, et à découvrir le meilleur moyen de prévention de leur transmission à l’Homme. »

e-coli
e-coli

B.H.S