Cancer de l’ovaire : Un nouveau test pour un meilleur traitement

ventre iStock DmitriMarutaDans une étude publiée dans « le British Medical Journal », une équipe internationale de chercheurs menée par l’Imperial College de Londres et la KU Leuven, en Belgique vient de mettre au point un nouveau test, appelé ADNEX, qui peut faire la différence entre les tumeurs, bénignes ou malignes, et identifier les différents types de ces dernières.

En plus de l’identification du type de tumeur, le test exprime le degré  de certitude du diagnostic sous forme de pourcentage.

Il est basé sur l’information clinique du patient, une simple  analyse du marqueur tumoral du sang et sur les caractéristiques qui peuvent être identifiées par l’échographie.

Les médecins traitants peuvent l’utiliser à partir d’une base de données clinique ou en saisissant  les données du patient dans une application smartphone ; cette dernière a été démontrée au congrès mondial « the International Society for Ultrasound in Obstetrics and Gynecology » tenu à Barcelone au moins de septembre 2014.

Les chercheurs ont développé le test sur la base des données de 3506 patients de 10 pays européens de 1999 à 2007  pour déterminer  lesquelles des informations disponibles pourraient être utilisées pour mieux  prédire les diagnostics. Ils ont ensuite testé le modèle sur 2 403 patients entre 2009 et 2012.

Les modèles de prédiction existants  distinguent   entre les tumeurs bénignes et malignes, mais ils manquent de précision et ne classent pas les tumeurs malignes ; Par contre  l’ADNEX est plus précis et  différencie  avec plus de certitude  les tumeurs entre  bénignes, maligne, stade I invasive, stade II-IV invasive, ou  tumeurs métastatiques secondaires.

B.H.S