Arrêt de saignement : dévoiler le mystère

hemostase-saignement-coagulation-sante

Quand une plaie survient sur la surface d’un doigt par exemple, on ne voit que quelques gouttes de sang puis le saignement se tarit spontanément. Ce processus naturel et physiologique d’interruption du saignement est appelé hémostase.

 

Une plaie s’accompagne souvent d’une blessure d’un vaisseau sanguin. Quand cela survient une chaine de réaction successive et finement orchestrée se met en place. La première étape consiste permettant de fermer la brèche vasculaire par des plaquettes sanguines est l’hémostase primaire. La première réaction de l’organisme est une vasoconstriction localisée. Cela permet d’arrêter sinon réduire l’hémorragie. Les plaquettes, les plus petites parmi les cellules du sang, sont vitales pour stopper une hémorragie. Elles adhèrent à la paroi interne du vaisseau et colmatent la brèche. Le facteur de Willebrand synthétisé par les cellules de l’endothélium vasculaire sert de ciment à ce phénomène. Suite à la formation de cette première couche de plaquettes, une agrégation de plusieurs couches avec fixation de fibrinogène établissant des ponts entre les plaquettes et rendant le caillot plus solide. On parle alors d’agrégation irréversible.

 

Cela n’est qu’un début au processus permettant d’éviter l’hémorragie et soigner les brèches vasculaires. La coagulation fait suite l’hémostase primaire. Elle est, en fait une cascade de réactions impliquant un grand nombre de cellules vasculaires et sanguines et de facteurs et enzymes dit de coagulation libérés normalement continuellement par les cellules hépatiques dans le plasma. Le but est de transformer le fibrinogène formé lors de l’hémostase primaire en thrombine, une enzyme extrêmement puissante donnant un réseau capable d’emprisonner les globules rouges.

 

Le déclenchement de l’hémostase et la coagulation s’accompagne du déclenchement d’un processus permettant une fois le caillot en place de le perméabiliser et permettant de le dégrader progressivement. C’est la fibrinolyse.

 

A.K