L’IRM : des anomalies détectées chez les malades atteints de la maladie de Parkinson

La maladie de Parkinson, maladie neurologique dégénérative, évolue fréquemment vers le déclin cognitif et la démence dite parkinsonienne.

Une étude cas-témoins a tenté de rechercher les éventuelles anomalies anatomiques qui peuvent accompagner la démence de la maladie de Parkinson. Deux groupes de personnes ont participé à ce travail. Un premier groupe de 33 patients atteints de la maladie de Parkinson sans démence et le deuxième groupe de 39 personnes témoins en bonne santé.

Une IRM a été réalisée tous les 18 mois et les fonctions cognitives ont été régulièrement évaluées durant 36 mois.

Pendant le suivi, près de 30% des sujets parkinsoniens ont présenté un déclin cognitif ou une démence contre 7,6% des sujets sains.

A l’IRM, il a été constaté que les parkinsoniens, atteints de démence, présentaient une atrophie de la substance grise cérébrale ainsi qu’une dilatation des ventricules cérébraux.  Les ventricules cérébraux participent à l’élaboration du liquide céphalo-rachidien.

Ces résultats publiés dans « Movement Disorders », bien qu’obtenus dans un petit échantillon, suggèrent de suivre étroitement aussi bien cliniquement qu’à l’aide d’examens complémentaires les patients atteints de maladies neurologiques dégénératives comme la maladie d’Alzheimer et la maladie de Parkinson.

 

E.K.L