Le scanner augmente-t-il le risque de cancer chez les enfants ?

Avec l’évolution en permanence croissante de l’IRM qui devient, en plus, moins onéreuse et plus accessible, les jours du scanner sont probablement comptés.

Une récente étude, réalisée en collaboration entre scientifiques américains, canadiens et britanniques et parue dans la revue « The Lancet », a mis en évidence que le scanner peut augmenter le risque de cancer cérébral et de leucémie (cancer du sang).

En effet, la réalisation d’un scanner à deux ou trois reprises chez les enfants de moins de 15 ans peut tripler le risque de cancer du cerveau et qu’une dose de radiations de 50mGy peut multiplier le risque de leucémie par trois.

Pour parvenir à de telles conclusions, les auteurs du travail ont utilisé les enregistrements des examens radiologiques de 70% des hôpitaux en Grande-Bretagne et les données relatives à 180 000 patients ayant eu un scanner entre 1985 et 2002. Pour chaque patient, la dose de radiations, en milligrays (mGy), absorbée par le cerveau et la moelle osseuse a été mesurée.

Le principal auteur du travail, Dr Pearce, a précisé que le bénéfice immédiat, l‘efficacité et la relative rapidité du scanner peut l’emporter sur les risques à long terme de cet examen. Toutefois, des essais sont nécessaires afin de réduire au maximum les doses de radiation utilisées pour le scanner tout en préservant la même efficacité. Il a ajouté que, de plus en plus, le recours au scanner doit être optimisé et cliniquement justifié et que les explorations de remplacement, comme l’échographie ou l’IRM, doivent être utilisés à chaque fois que c’est possible.

 

E.K.L