L’Aorte 

Le sang circulant dans notre organisme est régi par un réseau sanguin composé de veines et d’artères, dont le chef de fil  est le cœur.

Les artères transportent le sang riche en oxygène en provenance du cœur vers les organes, par opposition aux veines qui assurent le retour du sang au cœur.

L’aorte est la plus grande et la plus grosse artère de l’organisme. Son diamètre est de 2,5 centimètres environ ; Elle part du cœur et plus précisément du ventricule gauche, et  distribue le sang oxygéné, qui y circule à une vitesse de près de 20 centimètres par seconde  et ce  à l’ensemble de l’organisme sauf à la circulation fonctionnelle des poumons.

Elle forme une crosse au-dessus du cœur (courbe lui permettant de passer au-dessus des vaisseaux pulmonaires)  et se ramifie en descendant vers l’abdomen. On distingue l’aorte thoracique,  la partie située dans la cage thoracique et l’aorte abdominale celle située au niveau du ventre. Cette dernière se divise en trois branches terminales : l’artère sacrée moyenne et les deux artères iliaques primitives.

La paroi de l’aorte est composé de trois couches : l’intima, qui est la couche la plus interne, elle protège l’intérieur de l’aorte, et est au contact du sang qui circule, vient ensuite la couche intermédiaire appelée média, qui confère l’élasticité a l’aorte et enfin l’adventice qui est la couche externe.

Les principales pathologies de l’aorte sont de trois types :

L’anévrisme ou dilatation de l’aorte : généralement asymptomatique et  le diagnostic est souvent posé à l’occasion d’un test d’imagerie (radiographie thoracique, tomodensitométrie ou échocardiographie) réalisé pour une toute autre raison.

La dissection aortique : est définie comme le déchirement longitudinal de la paroi de l’aorte, qui peut se compliquer en sa rupture complète, raison pour laquelle le diagnostic doit être le plus précoce possible.

L’athérosclérose : c’est la conséquence de formations de plaques d’athéromes caractérisées par des dépôts lipidiques (plaques athéromateuses) dans l’intima qui fragilisent la paroi et s’étendent vers le média.

 

B.H.S