Infarctus du myocarde : va-t-on enfin gagner la course contre la montre avec ce nouveau marqueur ?

La copeptine est le nom du nouveau marqueur qui pourrait aider à poser précocement le diagnostic de l’infarctus du myocarde et, par conséquent, à améliorer le pronostic de cette urgence vitale.

Jusqu’au jour d’aujourd’hui, la troponine était considéré comme étant le marqueur le plus précoce et le plus efficace pour diagnostiquer un infarctus cardiaque. Mais voilà que récemment,  une équipe de scientifiques franco-suisses avait mis en évidence la copeptine.

Leur étude à consister à recruter les patients qui viennent aux urgences suite à une douleur thoracique de moins de 6 heures et chez qui le dosage de la troponine était normal. Ces patients sont également connus comme ayant des antécédents d’insuffisance coronarienne. Le travail avait totalisé 451 sujets âgés en moyenne de 67 ans et dont près de 75% étaient de sexe masculin.

Tous les patients avaient bénéficié d’un dosage de la copeptine et de la troponine dès leur admission, puis à 3, 6 et 9 heures du début de l’incident.

Les auteurs avaient constaté qu’un taux de copeptine inférieur à 10,7 pmol / l associé à une troponine négative éliminaient à 98% le diagnostic d’infarctus myocardique.

Ceci s’avère particulièrement intéressant et rentable pour les patients avec des antécédents de pathologie coronarienne.

Ces données ont été publiées dans la revue « American Journal of Emergency Medicine ».

 

E.K.L