Consommer du poisson diminuerait le risque de développer la maladie d’Alzheimer

Consommer du poisson, cuit à la poêle ou au four mais non frit, une fois par semaine au moins, booste la santé du cerveau et protège contre le déclin des facultés mentales et intellectuelles.

 

C’est le verdict donné par une récente étude menée par des scientifiques américains en Pennsylvanie et présentée au congrès de la « Radiological Society of North America ». Selon ces chercheurs, la santé mentale dépend, en grande partie, du volume de la substance grise cérébrale.

 

Le comportement alimentaire d’un total de 260 personnes dépassant les 70 ans avait été analysé dans cette étude. Parmi ces 260 sujets, 163 consommaient du poisson au moins une fois par semaine depuis 10 ans. Toutes ont subi plusieurs IRM afin de mesurer le volume de matière grise dans leur cerveau.

 

Ils ont ainsi remarqué que le groupe des 163 patients avait un volume de matière grise dans le cerveau plus important que les autres participants.  

Les poissons dits «gras», comme le saumon, le maquereau, les sardines, les anchois et le thon seraient les plus bénéfiques.

 

E.K.L