Cancer guéri à l’enfance : quel risque d’en re-développer à l’âge adulte ?

Savez-vous que que 5 à 15% des enfants ayant développé un cancer auront un cancer une fois adultes, soit 20 à 30 ans après le diagnostic du premier cancer et que ce dernier se localisera le plus fréquemment au niveau digestif ?

Pour déterminer, avec plus de précision, quels étaient les personnes plus à risque de développer une seconde néoplasie digestive après un cancer pédiatrique, une équipe américaine a inclu 12592 patients dans leur travail. Ces patients sont les survivants de cancer comme une leucémie, un lymphone, une tumeur du système nerveux, sarcome des tissus mous (tumeur maligne du tissu conjonctif) et tumeur de Wilms (tumeur rénale de l’enfant) et ce avant l’âge de 21 ans.

Toutes les données relatives aux thérapeutiques reçues dont notamment les doses et les régions du corps traitées par radiothérapie ainsi que les types de chimiothérapie avaient été relevées soigneusement pour chaque patient.

Huit cent deux cancers secondaires avaient été identifiés, de survenue en moyenne 23 ans après le premier cancer. Quarante cinq cancers digestifs avaient été notés. Ces néoplasies prédominent au niveau du colon.

Les personnes ayant développé un cancer pendant leur enfance étaient 4,6 fois plus à risque d’en développer un cancer digestif à l’âge adulte. Ce risque s’élève à 11 fois si l’enfant a été traité par radiothérapie et chimiothérapie.

Pour cette raison, tout traitement d’un cancer secondaire doit prendre en compte les thérapeutiques antérieures. Les sociétés savantes recommandent de se faire faire une coloscopie (examen du colon) tous les 5 ans, à débuter dès la 10ème année suivant l’irradiation.

Source : Annals of Internal Medicine.

 

E.K.L