Santé TN

Login to your account

Username
Password
Remember Me

Create an account

Fields marked with an asterisk (*) are required.
Name
Username
Password
Verify password
Email
Verify email
Bibi

Bibi

tete-mouton-recette-tunisie-santeTemps de préparation : 10 minutes

Temps de cuisson 2H15

 

Ingrédients :

1 tête de mouton lavée et bien nettoyée après avoir été (préparée et découpée en deux chez le boucher), 1 cuillère à soupe de cumin, 1 tête d’ail, 1 cuillère à café de sel, poivre, du romarin, un bouquet de persil, un oignon

 

Préparation :

Tout d’abord, laissez égoutter la tête de mouton. Entre-temps, à l’aide d’un pilon traditionnel, écrasez l’ail, le sel et le cumin. Ajoutez-y le romarin et frotter les deux coupes de tête de mouton avec ce mélange. Maintenant, déposez les deux coupes sur un couscoussier et couvrez-les bien avec du papier aluminium.

Déposez le couscoussier sur la marmite pleine d’eau. Laissez cuire à la vapeur pendant 1heure et 45 minutes sur feu moyen.

Après ce temps, enlevez les têtes du couscoussier et déposez-les dans un plat au four sulfurisé. Laissez rôtir pendant 20 à 30 minutes supplémentaires (feu moyen). Entre-temps, hachez finement le persil et l’oignon.

Servez chaud avec des rondelles de citron et après avoir saupoudré de persil-oignon.

 

L’avis du spécialiste :

La cervelle de mouton fait partie de la famille des abats. Elle est riche en phosphore, et contient 16,97 grammes de protéines et 22,19 grammes de lipides. Mais attention, s’il s’agit d’un produit raffiné en matière de nutrition et si la cervelle est aussi bien riche en protéines qu’en oméga 3 et 6 et qu’elle contient une petite quantité de vitamines (B2, B6 et B12), elle est toutefois riche en cholestérol ! On parle de 2,5 grammes ! Il est donc recommandé de ne pas ajouter du beurre à la recette. Certains en rajoute une noix après cuisson pour rehausser le goût ! Et c’est absolument à éviter. En revanche, il faut bien imprégner la cervelle de jus de citron avant consommation, ceci aide à diriger le mauvais cholestérol hors des artères. Il est tout aussi recommandé de consommer cette recette très occasionnellement. De manière générale, il ne faut pas abuser des abats : pas plus d’une fois tous les dix jours.

Bibi

 

Valeur nutritive de la recette entre 420 kcals et 568 kcals soit entre 210 et 284 kcals par personne répartis comme suit :

  • La cervelle de mouton pèse environ 100 à 150 gramme elle donne environ entre 217 et  273 kcals environ
  • Le reste de la tête contient environ 50à 100  grammes de viande soit environ 108 et 200 kcals environ
  • Deux bottes de persil : 52 kcals
  • Un oignon : 43 kcals

intertrigo-sante-tunisieOn appelle intertrigo inter-orteil, (ou pied d’athlète) une affection de la peau glabre et voisinage qui se caractérise essentiellement par une inflammation au niveau de la plante des orteils, ou dans l’espace entre les orteils.

Toutefois, d’autres variétés d’intertrigo peuvent aussi s’attaquer aux autres plis de l’organisme et qui sont enclins à rester humide (eau ou sueur) notamment les aisselles, aine, nombril, inter-fessiers... Cette inflammation cutanée est souvent favorisée par la transpiration excessive, l'obésité mais aussi par une mauvaise hygiène.

 

De quoi s’agit-il ?

 

L’intertrigo est une infection fongique due à des champignons qui s’installent au niveau des petits plis cutanés palmaires et plantaires. Tous les plis peuvent être atteints mais ce sont surtout les plis inter-orteils qui sont les plus souvent touchés. Et c’est suite à l'association de l’humidité et de la chaleur des plis que l’inflammation a lieu.

L’intertrigo commence par une petite rougeur comme celle d’un érythème au niveau des orteils accompagné parfois de bulles prurigineuses. Par la suite, une plaque d’un blanc nacré se forme. Cette dernière se fissure au centre du pli en créant une lésion prurigineuse.

Ces lésions s’accompagnent souvent d’une mauvaise odeur se dégageant du pied. On parle alors d’intertrigo candidosique ou bactérien. Ce problème cutané est très courant et survient souvent après la puberté. Il s’agit d’une pathologie plutôt masculine ; la gent féminine est beaucoup moins touchée. Cette affection a un caractère familial aux dermatophytoses des pieds.

Ceci  engendre des problèmes de chronicité ou de réinfection si on ne traite pas convenablement. Les personnes qui souffrent de transpiration excessive (hyperhidrose), les diabétiques et celles atteintes d’un déficit immunitaires sont des sujets à risque.

 

L’intertrigo : pourquoi ?

Lorsqu’on porte des chaussures fermées, notamment des baskets et des chaussettes pendant une longue durée, les pieds chauffent excessivement, suent et restent humides. L’espace clos inter-orteil est chaud et souvent humide, il est donc propice au développement des champignons. Il est tout aussi possible aussi qu’on ait un intertrigo par contamination dans les lieux humides (piscines, hammams…) ou si on utilise des objets contaminés (serviettes). Cette mycose est traduite par la présence de champignons de type candida ou dermatophyte, ou des bactéries comme le streptocoque, le staphylocoque…

 

Complications et propagation:

Si on ne traite pas complètement les champignons, les récurrences et récidives seront nombreuses. Et l’intertrigo devient une porte d'entrée aux bactéries ! D’où le risque d'extension de la dermatophytose à l'ensemble du pied, voire à d'autres régions du corps ! L’intertrigo mal soigné peut engendrer : l’infection du tissu cellulaire sous cutanée, l’onychomycose  qui est une infection fongique pouvant détruire l’ongle et un ulcère avec risque de surinfection et ce qui s’ensuit !

Une contamination main-pied est aussi possible avec l’apparition d'une desquamation d'aspect farineux dans les plis de flexion de l’une des deux mains.

L’atteinte des autres plis de l’organisme plis (inter-fessier, axillaires, abdominaux, fesses, pubis, cuisses, flancs) est aussi possible par de petites lésions érythémateuse et squameuse très prurigineuse.

 

Prévention et traitement

 

Pour prévenir l’intertrigo, il faut garder les pieds propres et secs. Dès que les pieds suent, il faut ôter chaussures et chaussettes, se laver les pieds de préférence avec un savon de Marseille et s’assurer de bien les sécher essentiellement l’espace inter-orteils, quitte à utiliser un sèche-cheveux. À la sortie de la piscine, il faut laver les pieds à l’eau claire et les sécher soigneusement avec une serviette propre, et individuelle. Lorsqu’on se déplace sur un sol mouillé, notamment au bord de la piscine, il est indiqué de porter des chaussures de plage. Il est aussi recommandé de privilégier les baignades à la mer et les bains de soleil.

 

En hiver, il est préférable de mettre des chaussures en fibre naturelle (coton, laine) et éviter à tout prix celles de fibre synthétique. Il est aussi conseillé de bien choisir des chaussures avec ventilation. Si l’on souffre de sudation excessive, on peut saupoudrer les pieds d’une poudre de talc ou d’une poudre antifongique pour absorber la sueur. Et il est bien sûr évident d’aller consulter et suivre convenablement le traitement prescrit par le médecin aussi longtemps qu’il le recommande.

 

Le traitement préconisé est souvent basé sur des antifongiques locaux. Ils sont sous forme d’onguent, de lotion, de poudre ou d’aérosol. Si en dépit de l’application rigoureuse des traitements et du respect des mesures d’hygiène, les pieds ne guérissent pas le pied d’athlète, le médecin pourrait proposer un antifongique oral.

 

Bibi

hemophilie sante tunisie« Parler de l’hémophilie et de sa prise en charge », tel était le thème de la conférence de presse organisée mardi 16 avril à Tunis à l’occasion de la Journée mondiale de l’hémophilie fêtée chaque 17 avril par l’Association Tunisienne des hémophiles (ATH) et en collaboration avec les laboratoires novo nordisk.

La rencontre avait pour principal but de sensibiliser le grand public quant à l’hémophilie, et ce pour fêter les 50 années de recherche dans la lutte contre les troubles de la coagulation. 

Qu’est-ce que l’hémophilie ?

L’intervention du Pr Abderrahim Khelif, chef de service d’hématologie clinique à l’hôpital Farhat Hached de Sousse a mis l’accent sur cette maladie peu connue. « Que tout le monde le sache, l’hémophilie est une maladie héréditaire et donc aucunement contagieuse ! C’est une maladie due à un trouble de la coagulation du sang

Contrairement aux gens sains, lors d’un saignement, les hémophiles ne coagulent pas normalement. Mais il ne s’agit pas seulement de problèmes liés aux blessures. Car si certains saignements peuvent être externes, d’autres saignements sont internes et donc plus difficiles à détecter. Les protéines ou facteurs de coagulation qui interviennent normalement dans la coagulation, sont, chez les hémophiles, déficients. Ce déficit peut évoquer une hémophilie A, lorsque le facteur anti-hémophilique A est déficient ou manquant, (80% des cas) ou une hémophilie B, lorsque le facteur anti-hémophilique B est déficient ou manquant, (20% des cas).

Quels risques ?

Les sujets atteints d’hémophilie, ajoute Pr Khelif, ne saignent pas plus abondamment que les autres mais ils saignent plus longtemps. Et ce, parce que le caillot sanguin qui arrête le sang est, chez eux, plus fragile. Mais il n’y a pas que les saignements qui s’avèrent problématiques !

Hélas, même un petit choc pourrait être à l’origine d’une hémorragie chez un hémophile. D’ailleurs, on découvre généralement ce déficit lorsqu’un petit garçon essaie de marcher. Comme il ne maîtrise pas ses pas, l’enfant risque de tomber sur le genou. Il aura des hématomes suite à ces chutes et torsions. Il aura des saignements internes, ce qui expose l’enfant à des hémorragies au niveau des articulations notamment les genoux, mais aussi les chevilles et coudes.

Chaque saignement à l’intérieur d’une articulation endommage le cartilage de manière irréversible tant le sang qui s’écoule reste bloqué à l’intérieur avec les déchets. Le cartilage se ronge et à la longue, il sera détérioré et le sujet risque alors une invalidation !

Il en est de même lorsque les hémorragies ont lieu à l’intérieur des muscles. Ceci cause une amyotrophie (affaiblissement des muscles). Et c’est pour cette raison qu’il est important de penser au traitement, mais aussi à la rééducation avec l’aide d’un kinésithérapeute.

Ce sont les personnes atteintes d’hémophilie sévère qui sont sujettes aux saignements internes. Celles atteintes d’hémophilie mineure ou modérée possèdent généralement suffisamment de facteurs de coagulation pour guérir des blessures bénignes de la vie de tous les jours. Les problèmes surviennent surtout suite à une grande blessure ou une intervention médicale, notamment la circoncision. Le problème vient donc principalement des hémorragies internes et non pas des blessures superficielles ».

L’hémophilie : pourquoi ?

L’hémophilie est une maladie masculine, explique le Pr Khelif. Et d’ajouter, Même si des filles peuvent la porter, elles ne sont pas pour autant hémophiles. J’explique : notre corps est constitué de milliers de cellules. Chacune de ces cellules contient 23 paires de chromosomes l’une venant du père, l’autre de la mère. Ce sont ces derniers qui déterminent les nombreuses caractéristiques d’un être humain (peau, taille, couleur des yeux…)

L’une de ces paires, justement, détermine le sexe : il s’agit des fameux chromosomes X et Y. Le garçon contient un X et un Y. La fille, elle, contient deux X. L’hémophilie est une anomalie qui ne se trouve que dans un chromosome X. Raison pour laquelle si une fille a un chromosome X portant le gène de l’hémophilie, elle sera porteuse du gène pathogène, mais ne sera pas hémophile tant l’autre chromosome X compensera le déficit. Toutefois, un homme ne possède qu’un seul chromosome X et l’autre est Y. Si son chromosome X est porteur du gène, il sera par conséquent hémophile.

La question qui se pose toutefois, c’est comment reconnaître un hémophile. C’est justement lorsqu’on remarque des saignements fréquents, des hématomes des ecchymoses (des bleus), que le sujet se plaint de douleur, d’incapacité de marcher ou d’une immobilité des articulations ou des muscles qu’il faut consulter un spécialiste. Parce que si on ne traite pas, l’enfant sera exposé au risque de perdre la mobilité, de souffrir d’une anémie, du nerf sciatique...

Il est important de prévenir cette situation par une prise en charge précoce et adaptée de l’hémophilie. Les hémorragies nécessitent une injection intraveineuse du facteur de coagulation inexistant ou manquant.

L’importance du traitement

Mme Nouha Chawki, directrice chez novo nordisk a précisé dans ce cadre qu’un traitement de pointe a été élaboré par les laboratoires et ce, afin de rendre la vie des patients plus facile « Novo Nordisk s’est  voué dans la recherche et le développement en matière de trouble de la coagulation et d’hémophilie il y a des dizaines d’années. Et  aujourd’hui nous cherchons à offrir à ces patients un produit de pointe, efficace et plus pratique pour aider les personnes atteintes à devenir plus autonomes et à mener une vie active de manière quasi-normale. Parce que si les hémophiles prennent leurs injections tous les 2 jours, ils arriveront à prévenir les blessures et autres chocs.

Et selon les indices de l’OMS, les traitements artisanaux faits à partir des dons sanguins et précisément des plasmas du sang sont jugés en bas de l’échelle tant ils peuvent garder les résidus et les virus contenus dans le sang. Novo nordisk est arrivé à créer un traitement raffiné qui aide à la coagulation sans exposer le sujet à des risques d’infections ».

Mr Toufik Raïssi, président de l’Association Tunisienne des Hémophiles explique, dans ce cadre, que 380 Tunisiens sont atteints d’hémophilie, mais ces derniers sont pris en charge et reçoivent les soins qu’il faut. « En Tunisie, et même si le nombre des malades est relativement restreint, ces derniers restent néanmoins des patients qui vivent de grandes difficultés notamment dans leur quotidien et le sujet mérite qu’on en parle.

Nous disposons d’un centre spécialisé dans l’hémophilie à l’hôpital Aziza Othmana de Tunis, un second à Sousse et un troisième à Sfax. Notre rôle associatif est d’accompagner ces malades. Et nous tendons à ce que les patients puissent, dans le futur, accéder au traitement et apprennent à s’auto-injecter le traitement pour qu’ils aient une certaine autonomie.

De fait un patient qui habite loin de cette côte, est obligé de se déplacer loin pour qu’il ait droit à l’injection. Nous avons alors lancé des ateliers d’apprentissage gérés par des médecins et des personnes appartenant au corps paramédical notamment des kinésithérapeutes pour qu’ils apprennent aux malades et à leurs familles les soins de secours lors d’une blessure et qui répondent à la règle RICE, c’est-à-dire, lors d’un choc ou d’une blessure, il faut mettre l’endroit touché au repos, le laisser immobile et mettre de la glace dessus, le compresser et l’élever.

Nous apprenons, également, au sein de ces ateliers aux patients et leur famille comment s’auto-injecter le traitement pour qu’ils n’aient pas à se déplacer. Et nous tenons à travailler davantage pour que tous les patients, quelle que soit leur région de résidence, puissent avoir accès au soin. Nous venons de reprendre le travail en mars et avons tout un programme pour aider ces malades, notamment ces ateliers de sensibilisation et d’apprentissage.

Nous avons, également, créé un comité médical et paramédical avec la présence de médecins, de dentistes, de kinésithérapeutes, et ce grâce au sponsoring de novo nordisk que nous remercions. Cela permettra au sujet de mener une vie quasi normale et moins difficile. Le traitement est accessible et est administré dans les hôpitaux et est remboursé par la CNAM. Le traitement préventif créé par novo-nordisk est donnée à doses très bien étudiées, il doit rester au froid et peut être injecté par la personne elle-même comme c’est le cas de l’insuline ».

« Hormis le volet scientifique, l’hémophilie est une maladie qui pèse lourd sur le quotidien et sur le psychique. L’enfant malade est condamné à ne jamais pratiquer de sport collectif au risque de se heurter ou de tomber, il est aussi condamné à ne pas monter les escaliers, à éviter les chutes et les heurts...

S’il prend un traitement préventif, il pourrait avoir davantage d’activité et sera « couvert ». L’enfant pourra suivre normalement ses études, il y aura moins d’absentéisme et se déplacera moins. Les travaux de sensibilisation sont à encourager car très peu d’enseignants sont au courant de cette maladie. Ils peuvent punir l’enfant en le frappant ce qui aggrave son état !

Par ailleurs, si le médicament est accessible et remboursé, il  s’avère coûteux ! De plus, les seuls centres qui traitent cette maladie sont sur Tunis, Sousse et Sfax et les malades vivant loin de cette côte souffrent pour accéder au soin ! Et ce, sans parler du manque des médecins spécialisés en hémophilie dans les hôpitaux de l’intérieur… Et c’est pour trouver une solution à tous ces problèmes que l’association et son partenaire travaillent et préparent toute une politique pour aider ces malades. », conclut le Pr Khélif.

 

Bibi Chaouachi

rides-ridules-sante-tunisieAvec l’âge, la peau se relâche et devient moins ferme. C’est suite à ce relâchement, que les rides et les ridules commencent à se creuser. Il s’agit  de petits sillons plus ou moins profonds à la surface de la peau.

 

Différence entre rides et ridules

On distingue entre rides et ridules à travers la profondeur des sillons. Ceux qui se classent parmi les ridules vont de 0,2 à 1 millimètre. Auà titre symboliuqe delà d’un millimètre, on parle bel et bien de rides. Les ridules sont plus superficielles et peu profondes, en revanche elles sont nombreuses.

 

D’où viennent-elles?

A l’origine d’une ride ou d’une ridule, il y a une rupture des fibres élastiques du derme avec une atteinte du tissu conjonctif. Avec le temps, la peau devient moins ferme et manquera d’hydratation. En un mot : elle vieillit ! Du coup, le collagène naturel diminue et les fibres élastiques du derme se rompent. Les ridules apparaissent alors et s’installent dans les creux superficiels de la peau. Les rides viennent donc à cause de la perte progressive d’élasticité de la peau. On parle alors d’altération des mécanismes de maintenance de la peau. Le rythme même de renouvellement cellulaire est ralentit et l’activité des glandes sébacées et sudorales est graduellement diminuée. Toutefois, d’autres facteurs s’associent au vieillissement de la peau et accélèrent alors le processus.

 

Les facteurs qui accélèrent le processus

Un ensemble de facteurs externes favorisent l’apparition des ridules, même chez des sujets assez jeunes.

Sous l’effet du stress, nos cellules vieillissent prématurément tant la production de radicaux libres dépasse les capacités de défense de l’organisme. En second lieu, on note le vieillissement hormonal. De fait, lorsque la baisse de la sécrétion est associée à la diminution de la production de collagène et d’élastine, l’élasticité de la peau est altérée.

L’exposition au soleil, au vent, à la pollution, le tabagisme, l’amaigrissement important, le fait de crisper répétitivement le visage, ou d’avoir des facteurs génétiques qui prédisposent au vieillissement sont des facteurs qui favorisent l’installation des ridules et éventuellement les rides.

Les ultraviolets du soleil ralentissent la fabrication d’élastine au niveau du derme et fragilisent les cellules de l’épiderme. Un amaigrissement important fait aussi perdre l’élasticité de la peau. Les cigarettes avec les produits toxiques qu’elles contiennent dégradent certains composants du derme et altèrent le réseau vasculaire nécessaire à l’irrigation des tissus cutanés. La pollution, elle, diminue le système immunitaire de la peau et accélère donc son vieillissement. Le stress et le manque de sommeil augmenteraient la production de radicaux libres, et causent le vieillissement prématuré des cellules. Parmi les raisons qui aident à l’apparition des rides, on a aussi noté la déshydratation cutanée. La peau sèche et déshydratée, est plus sujette aux « creusements »

 

Types et lieux de prédilection

Rides et ridules se forment d’abord et principalement sur le visage, éventuellement sur le cou et le décolleté. Et ce, parce que ces régions ont une peau particulièrement fragile. Mais aussi parce qu’il s’agit des régions les plus exposées aux ultraviolets, au soleil et aux agressions externes. Mais de manière générale, on classe les rides en deux grands types: les rides d'expressions ou rides de vieillissement.

  • Les rides d’expression dépendantes des muscles du visage sous forme de traits horizontaux retrouve au niveau du front, au niveau de la glabelle (inter-sourcils); au niveau de l’angle extérieur de chaque œil  (appelé, dans le langage courant,  la patte d’oie) ; au niveau du nez, résultant des froncements du nez (rides du dégoût) ; au niveau des traits verticaux de la bouche qui entourent les lèvres (rides péri-orales).
  • Les rides de vieillissement, quant à elles, résultent d’un manque d’hydratation et sont principalement liées au vieillissement cutané. Elles comprennent les rides allant du nez aux commissures des lèvres (sillons nasogéniens) ; les longues  rides partant des commissures des lèvres vers le bas du visage (plis d’amertume) ; les rides situés au-dessus des pommettes partant des coins internes des yeux vers l’extérieur du visage (cernes de larmes).

Bibi

Page 1 sur 53
Publicité
bio-300x300
Publicité

Nous suivre ...

Suivez Santé TN aussi sur les réseaux sociaux, restez toujours à la une de l'actualité !

facebook  twitter  youtube

250x250-ricotta-kaiser
Publicité

Honcode

Nous avons 109 invités et aucun membre en ligne

Tweet Santé