Santé TN

Login to your account

Username
Password
Remember Me

Create an account

Fields marked with an asterisk (*) are required.
Name
Username
Password
Verify password
Email
Verify email


La place de la santé dans les programmes des partis politiques

Évaluer cet élément
(1 Vote)
Écrit par  Publié dans: D'ici

Tunisie-sante-programmes-partis-politiquesA la veille des élections législatives et présidentielle: 

La place de la santé dans les programmes des partis politiques

Dans le cadre de leurs programmes électoraux, certains partis politiques, du moins les plus solides d’entre eux, ont présenté leurs visions et leurs approches à propos des divers volets de la dynamique nationale à savoir, politique, économique, éducationnelle, sociale, culturelle et sanitaire.

En regardant de plus près ces programmes, nous avons fait ressortir les points soulevés par les partis qui ont accordé un intérêt différent et inégal au secteur de la santé, pourtant vital pour tous puisqu’ayant des répercussions sur tous les autres aspects de la vie des citoyens.

Nous présenterons donc, ci-après, ce que prévoient les partis chez qui nous avons retrouvé un programme ou une approche en la matière :

sante-programmes-partis-politiques-5Ennahdha

Le parti Ennahdha se contente d’un paragraphe évoquant, juste, des généralités. Ce mouvement pense à réhabiliter le secteur de la santé, en élargissant la capacité d’accueil des hôpitaux pour qu’elle atteigne en 5 ans, les 26 000 lits au lieu des actuels 21 000 lits, ainsi que la création de pôles hospitaliers régionaux spécialisés.

sante-programmes-partis-politiques-7Nidaa Tounès

Nidaa Tounès consacre tout un chapitre à la santé que nous pouvons résumer en ce qui suit :

  • Réhabilitation et la restauration des structures sanitaires de première ligne:
  • L’acquisition d’équipements adéquats, tout en veillant à assurer la continuité des soins par l’augmentation du rythme des consultations médicales dans les Centres de Santé de Base (CSB)
  • La mise à niveau et la modernisation des hôpitaux régionaux afin de répondre aux besoins spécifiques de chaque gouvernorat
  • Une couverture maladie pour tous les Tunisiens
  • Une mise à niveau des structures de santé publique
  • Une réforme des régimes de retraite et de protection sociale
  • Une couverture maladie universelle pour tous qui est le seul garant de l’accès aux services de santé pour tous
  • Rationalisation de la gestion financière de la CNAM
  • Une mise à niveau urgente des structures de santé publique
  • Les services d’urgence seront mis à niveau dans les hôpitaux universitaires et les hôpitaux régionaux des zones prioritaires
  • Une unité chargée de l’humanisation des soins et du respect des patients sera mise en place dans chaque établissement sanitaire
  • Le contrôle strict des conditions d’hygiène et d’hébergement sera appliqué dans les établissements sanitaires publics
  • L’accès aux soins pour les populations défavorisées sera accéléré en prenant en charge les personnes ne disposant actuellement d’aucune couverture maladie
  • Réfection des bâtiments, l’acquisition d’équipements adéquats, et augmentation du nombre de médecins
  • Six pôles interrégionaux de spécialités complémentaires seront organisés en grappes autour de structures étatiques régionales de référence, comportant tous les moyens matériels et humains nécessaires pour offrir des prestations de qualité. Les villes d’implantation seront défi nies en concertation avec les autorités régionales, en fonction des données épidémiologiques et des besoins spécifiques des régions
  • Renforcement de la complémentarité entre les secteurs public et privé, afin n d’optimiser les investissements réalisés par chacun d’entre eux, tout en rentabilisant les équipements ;
  • L’objectif pour les 5 prochaines années est d’avoir au moins une unité SMUR (Service Mobile d’Urgence et de Réanimation) par gouvernorat équipée et dotée des personnels nécessaires
  • L’hospitalisation de jour sera encouragée dans les hôpitaux en poursuivant les soins à domicile à travers la mise en place d’un réseau approprié
  • La politique du médicament sera réformée à travers la mise en place d’une Agence nationale du Médicament
  • La Pharmacie Centrale comme importateur unique et régulateur de l’approvisionnement et des prix sera préservée
  • La production et la généralisation de l’utilisation des médicaments génériques seront développées
  • Le développement de l’industrie pharmaceutique tunisienne sera soutenu afin n de relever les défi s posés par l’intégration de la Tunisie à l’espace économique européen
  • Le secteur privé sera encouragé à investir et à exporter les services de santé, les règlementations adéquates seront promulguées ; les systèmes de formation médicale et paramédicale seront renforcés
  • Allocation d’un montant minimum de % de la richesse de la nation  à la santé publique
  • Contribution santé universelle (CSU) sur les revenus du travail et du capital, selon une assiette large et un taux progressif
  • La moitié de la TVQ perçue sur les alcools et les tabacs sera reversée au budget de la santé publique
  • Création d’Agences régionales de santé (ARS) qui seront placées tutelle du ministère de la Santé et dont la mission consistera à prendre en charge la santé de base, le secteur public hospitalier, le secteur libéral conventionné comprenant les médecins libéraux et les cliniques et le secteur libéral non conventionné.
  • Maintenir le système de santé publique au centre du cadre de référence du système de santé national.
  • Développer le secteur privé de la santé et promouvoir le tourisme médical.
  • Travailler sur la complémentarité des systèmes de santé publique et privée.
  • Garantir une meilleure couverture territoriale et sanitaire au niveau des institutions médicales.
  • Mettre en place un partenariat durable, au travers de parrainages, entre les établissements hospitaliers régionaux et les centres hospitalo-universitaires afin de garantir l’administration efficiente des soins médicaux.
  • Développer les services de soins dans tous les établissements de santé publique locaux et garantir une ambulance de réanimation à la disposition de chaque service d’urgence local.
  • Soutenir l’industrie pharmaceutique locale et améliorer son taux d’intégration et promouvoir les exportations vers les pays africains.
  • Garantir une couverture maladie pour l’ensemble des Tunisiens, et notamment l’affiliation des bénéficiaires des cartes de soins gratuites et à tarification réduite à la Caisse Nationale d’Assurance Maladie (CNAM). Réaliser cette affiliation automatique dans les deux années à venir au terme de la révision des listes de bénéficiaires et de la mise en place de la réforme structurelle introduisant un identifiant unique à tous les Tunisiens. Le financement de cette mesure se fera par une contribution de solidarité assise sur une base fiscale large.
  • Augmenter le plafond annuel de couverture des dépenses maladie des enfants et des parents à charge de 50%
  • Améliorer les services fournis par la CNAM et réduire les délais de traitement des remboursements. -Réduire les coûts de traitement dans les établissements publics en recourant à un système centralisé d’administration et de suivi des médicaments et des équipements médicaux.
  • Mettre en place les dossiers médicaux dématérialisés et les cartes de santé électroniques.

 

sante-programmes-partis-politiques-6Afek Tounès

Afek Tounes préconise, au sujet de la santé, une modernisation de l'ensemble de la chaîne de soins, en créant des pôles d'excellence régionaux, en revalorisant les programmes de dépistage et de prévention des maladies chroniques. Il veut accréditer les établissements de santé sur la base de cahiers de charges et informatiser l'ensemble du système de santé. Mais aussi, il aspire à améliorer l'attractivité du secteur hospitalier en agissant sur les salaires, les contrats et les conditions de travail, selon le programme du parti.

Il vise, également, à mettre en œuvre la couverture médicale universelle (CMU), qui autorise à l'assuré de choisir de se faire soigner dans le privé ou dans le public. Il sera, toutefois, remboursé sur la base d'un barème appliqué de la même manière au secteur public et privé, et qui sera basé sur le coût réel des prestations accordées par le secteur public.

 

sante-programmes-partis-politiques-3Al Joumhouri

« Santé accessible à tous les citoyens », est le slogan du parti AL Joumhouri pour qui, le droit à la santé n’est pas accessible à tous les Tunisiens. Le président d’Al Joumhouri a affirmé que dans le secteur de la santé publique, le patient paie 55% du coût du traitement auxquels s’ajoute celui des médicaments que le patient n’est pas toujours en mesure d’acheter. De même, il déplore la centralisation dans le domaine de la santé publique.

Une centralisation qui se manifeste par la présence de tous les pôles de santé sur le littoral jusqu’à la ville de Sfax. D’où cette impression que la santé en Tunisie roule à deux vitesses dans la mesure où les services dans le secteur de la santé privée ne sont pas les mêmes que ceux du secteur de la santé publique ». Quant aux 2000 établissements de santé de base, Al Joumhouri appelle que la plupart ne dispose pas de l’équipement nécessaire et d’infrastructure robuste.

 

sante-programmes-partis-politiques-4Front populaire

Pour le Front populaire, la citoyenneté est fondée sur la contribution de tous au bien-être général, l’impôt constitue le meilleur moyen de répondre à cette exigence. Cette allocation permet la possibilité de se faire soigner sans avances de frais auprès des organismes et des professionnels agréés.

A l’a une de ces principes généraux, le Front populaire propose les mécanismes suivants :

  • Allocation d’un montant minimum de % de la richesse de la nation  à la santé publique
  • Contribution santé universelle (CSU) sur les revenus du travail et du capital, selon une assiette large et un taux progressif
  • La moitié de la TVQ perçue sur les alcools et les tabacs sera reversée au budget de la santé publique
  • Création d’Agences régionales de santé (ARS) qui seront placées tutelle du ministère de la Santé et dont la mission consistera à prendre en charge la santé de base, le secteur public hospitalier, le secteur libéral conventionné comprenant les médecins libéraux et les cliniques et le secteur libéral non conventionné.
  • Maintenir le système de santé publique au centre du cadre de référence du système de santé national.
  • Développer le secteur privé de la santé et promouvoir le tourisme médical.
  • Travailler sur la complémentarité des systèmes de santé publique et privée.
  • Garantir une meilleure couverture territoriale et sanitaire au niveau des institutions médicales.
  • Mettre en place un partenariat durable, au travers de parrainages, entre les établissements hospitaliers régionaux et les centres hospitalo-universitaires afin de garantir l’administration efficiente des soins médicaux.
  • Développer les services de soins dans tous les établissements de santé publique locaux et garantir une ambulance de réanimation à la disposition de chaque service d’urgence local.
  • Soutenir l’industrie pharmaceutique locale et améliorer son taux d’intégration et promouvoir les exportations vers les pays africains.
  • Garantir une couverture maladie pour l’ensemble des Tunisiens, et notamment l’affiliation des bénéficiaires des cartes de soins gratuites et à tarification réduite à la Caisse Nationale d’Assurance Maladie (CNAM). Réaliser cette affiliation automatique dans les deux années à venir au terme de la révision des listes de bénéficiaires et de la mise en place de la réforme structurelle introduisant un identifiant unique à tous les Tunisiens. Le financement de cette mesure se fera par une contribution de solidarité assise sur une base fiscale large.
  • Augmenter le plafond annuel de couverture des dépenses maladie des enfants et des parents à charge de 50%
  • Améliorer les services fournis par la CNAM et réduire les délais de traitement des remboursements. -Réduire les coûts de traitement dans les établissements publics en recourant à un système centralisé d’administration et de suivi des médicaments et des équipements médicaux.
  • Mettre en place les dossiers médicaux dématérialisés et les cartes de santé électroniques.

 

sante-programmes-partis-politiques-8Ettakatol

Dans le cadre de son attachement à la consécration du droit à la santé pour tous, Ettakatol propose ce qui suit :

  • Maintenir le système de santé publique au centre du cadre de référence du système de santé national.
  • Développer le secteur privé de la santé et promouvoir le tourisme médical.
  • Travailler sur la complémentarité des systèmes de santé publique et privée.
  • Garantir une meilleure couverture territoriale et sanitaire au niveau des institutions médicales.
  • Mettre en place un partenariat durable, au travers de parrainages, entre les établissements hospitaliers régionaux et les centres hospitalo-universitaires afin de garantir l’administration efficiente des soins médicaux.
  • Développer les services de soins dans tous les établissements de santé publique locaux et garantir une ambulance de réanimation à la disposition de chaque service d’urgence local.
  • Soutenir l’industrie pharmaceutique locale et améliorer son taux d’intégration et promouvoir les exportations vers les pays africains.
  • Garantir une couverture maladie pour l’ensemble des Tunisiens, et notamment l’affiliation des bénéficiaires des cartes de soins gratuites et à tarification réduite à la Caisse Nationale d’Assurance Maladie (CNAM). Réaliser cette affiliation automatique dans les deux années à venir au terme de la révision des listes de bénéficiaires et de la mise en place de la réforme structurelle introduisant un identifiant unique à tous les Tunisiens. Le financement de cette mesure se fera par une contribution de solidarité assise sur une base fiscale large.
  • Augmenter le plafond annuel de couverture des dépenses maladie des enfants et des parents à charge de 50%
  • Améliorer les services fournis par la CNAM et réduire les délais de traitement des remboursements. -Réduire les coûts de traitement dans les établissements publics en recourant à un système centralisé d’administration et de suivi des médicaments et des équipements médicaux.
  • Mettre en place les dossiers médicaux dématérialisés et les cartes de santé électroniques.

Noureddine HLAOUI

 

Lu 4495 fois Dernière modification le vendredi, 17 octobre 2014 09:52
N.H

Laissez un commentaire




Publicité
Logo assurance
Publicité

Nous suivre ...

Suivez Santé TN aussi sur les réseaux sociaux, restez toujours à la une de l'actualité !

facebook  twitter  youtube

250x250-ricotta-kaiser
Publicité
Publicité

Honcode

Nous avons 116 invités et aucun membre en ligne

Tweet Santé